page éditée le 09/05/03
dernière mise à jour : le 09/05/03
----
[english]

cineastes.net déménage : retrouvez cette page sur http://www.exprmntl.net
accueil---contact---recherche---structures---cinéastes---films---textes---entretiens---festivals---pratique---agenda---annuaire ---liens---go

cineastes.net

Nominoë / collectif

le collectif
les individus
les performances
bio-filmographie
contacts


Le collectif  

 

Nominoë est un collectif d’artistes rassemblés autour d’un projet de création de laboratoire de pratiques cinématographiques élargies. Le but étant de mettre en commun des savoirs faire et des sensibilités différentes pour expérimenter le film sous toutes ses dimensions. Projection multi-écrans, séance de cinéma élargi, ou action pour plusieurs projecteurs sont les noms qui désignent le plus souvent leur domaine de création ; néanmoins c’est le terme de performance cinématographique que Nominoë a retenu pour mettre en avant l’interprétation collective en temps réel.

Héritiers des expériences de spectacles de projections lumineuses (les lanternes magiques et les orgues de couleur, les recherches des avants gardes historiques dans le domaine du film, sans oublier les spectacles multimédias des années 60 et 70 : les Vortex concerts et autres Warhol’s EPI) les membres de Nominoë renouent avec la part aléatoire et accidentelle du cinéma de manière à faire surgir de nouvelles rencontres, de nouvelles relations esthétiques.

Nominoë c’est le mariage incontrôlable des transports de l’image, le rythme de la lumière (le projecteur comme variateur de lumière), le mixage de textures filmiques (peintures, grattages de l’émulsion du film réalisés en direct) unis aux techniques électroniques du traitement du son (samples, etc…).

Chaque nouveau projet de Nominoë demande une réflexion sur le film tant dans ses dimensions temporelles que spatiales. Au-delà de la simple projection classique il nécessite la création d’un dispositif particulier qui prend en compte aussi bien le mode de défilement des images (boucles/flicker) que l’espace de présentation de celles-ci (Nominoë investi des lieux intermédiaires entre la salle de cinéma traditionnelle et le cube blanc de la galerie d’art pour pouvoir jouer sur la mobilité des images et ses effets sur le regard du spectateur). Plus qu’une simple séance de cinéma linéaire et fixe, les performances cinématographiques de Nominoë proposent aux spectateurs de découvrir une perception renouvelée des images et des sons. Il s’agit de déployer la " machine cinéma " dans toute ses dimensions, d’ouvrir un espace où pensée images et sons se combinent afin de construire une situation globale dans laquelle le spectateur s’immerge.

Le travail de Nominoë est profondément marqué par l’œuvre filmique de Paul Sharits (artiste américain, 1960-1970), tant son travail sur le clignotement des images : le flicker, que sa capacité à relier le cinéma aux autres pratiques artistiques. Mais le collectif est tout autant attentif au développement de dispositifs contemporains de présentation d’images et poursuit donc ses recherches dans un isolement tout relatif.

Nominoë partage en effet une scène à la fois réduite si l’on s’en tient à l’aspect le plus immédiat de son travail et de ses influences : le cinéma dit élargi né dans les interstices du cinéma expérimental et des pratiques artistiques hétérogènes (Jurgen Reble, Métamkine, Y. Beauvais). En même temps cette scène est beaucoup plus large si l’on prend en compte les transformations du monde artistique contemporain où la place des images animées est devenue centrale (Douglas Gordon, P. Fieschli/D. Weiss). En cela Nominoë ne fait que secouer des pratiques artistiques acquises tout en y injectant ses préoccupations actuelles.

Constitué autour de rencontres, Nominoë n’est pas déterminé par la volonté de ses seuls acteurs principaux mais cherche à s’éprouver dans le développement de projets singuliers. Le mélange (d’images et de sons mais aussi de personnalités et de lieux) est le vrai fil conducteur qui les réunit et les fait avancer. A ce jour Nominoë se compose de trois cinéastes (Nicolas Berthelot, Alexis Constantin, Emmanuel Lefrant) et d’un musicien (Stéphane Courcy), sans compter les collaborations avec d’autres artistes.

Créé en 2000 pour la présentation de leur première performance de cinéma direct avec les musiciens du groupe Robonom à Nantes, ils poursuivent depuis leur travail au fil des créations et des endroits qui les accueillent. Trois performances constituent aujourd’hui leur répertoire (" From Scratch ", " Charleston " et " Warning ") qui ont été jouées dans des endroits aussi différents qu’une salle de théâtre, un atelier d’artiste ou un night-club. Ils préparent actuellement une nouvelle version de " WARning " et travaillent sur une nouvelle performance.

 

 

 

 

 

Les individus 

 

 

Alexis Constantin

Cinéaste, Alexis Constantin, explore les formes élargies du cinéma.

Il a réalisé plusieurs films en cinéma direct (Troubleu, 1999 ; Voda, 2000 ; WWUe, 2002), des installations (Ô, blanc souci de notre toile, 2001 ; Nidh, film pour projecteur préparé, 2002) et explore la forme cinématographique de la performance au sein du collectif Nominoë.

 

Nicolas Berthelot

Cinéaste, Nicolas Berthelot réalise une série de petits films graphiques qui mettent en scène les dialogues cachés entre l’image [fixe, morte] et son support de défilement [mouvement, vie]. Deux champs de recherches : " L’ animation improvisée " avec Extrait (1999), Point de fuite (1999), ou Chrominances (2000), et la " désanimation sculpturée " avec Liquides (1999), Icare (2001). Nominoë est un prolongement naturel et réinventé de ces travaux.

 

Stéphane Courcy

Photographe et musicien, il réalise notamment des séries photographiques associées à des extrait musicaux, et participe à des expositions et des projections diapos. Exposition Tfé (1998), événements diapo L-305 (2000-2002), exposition Les Villes Photogéniques (2001). Il s’est naturellement associé au collectif pour superposer aux images abstraites de Nominoë des accompagnements sonores à base de boucles électroniques malmenées.

 

Emmanuel Lefrant

Cinéaste, travaille sur la vitesse, les rythmes, la matière et la couleur et sur la révélation des "formes secrètes" de l’émulsion. A réalisé plusieurs films dont All Over (2001), Underground (2001), et plus récemment Saraban (2002) et Postcards (2002). Vit au Canada depuis septembre 2002, jusqu’à sa prochaine participation avec Nominoë.

 

 

 

 

 

 

 

Texte de présentation des performances 

 

 

From Scratch

Création : janv. 2001
7 projecteurs Super 8 + 3 projecteurs 16mm / 10 boucles filmiques + musique
30 min. environ

From Scratch est une performance de cinéma direct, c’est à dire un cinéma réalisé sans l’instrumentation de la caméra (c’est la main qui façonne directement sur le Celluloïd les motifs qui apparaissent sur les écrans). Ceux-ci sont disposés en triptyque et grâce à un système de plusieurs projecteurs, montés en boucle, le regard du spectateur est transporté d’un écran à l’autre, au rythme de ces boucles visuelles évolutives. La musique suit le même procédé de dégradation de boucles sonores, qui se superposent et créent une synchronisation illusoire avec les images.

 

Charleston

Création : nov. 2001
Trois projecteurs 16mm / trois boucles + musique
10 min. environ

Charleston est un film de " Found Footage ". le collectif réutilise en effet des bandes filmées (des scopitones retrouvés) de manière à se ré-approprier leur contenu et ainsi le détourner de son utilisation première. Le clip original de Charleston est ainsi revisité et décliné selon des variations rythmiques et graphiques étudiées.

Charleston est accompagné d’une bande sonore sur laquelle de multiples effets illustrent les déformations opérées sur les images.

W:A:R:ning

création : juin 2002
Six projecteurs 16mm / six boucles filmiques + musique 
35 min. environ

WARning est le fruit d’un travail collectif sur le flicker (clignotement d’images) et la couleur en cinéma. Il s’agit avant tout d’un film jouant sur le montage dans l’ordre de la spatialité. En effet, six projecteurs sont alignés de façon à produire des portions égales de couleurs pures bord à bord sur le mur-écran à la disposition des actants.

La performance consiste à manipuler les projecteurs de façon à effacer progressivement les limites entre chaque zone de couleurs en les superposant de moitié ou totalement. Les images glissent ainsi l’une sur l’autre de manière à créer différentes figures dont l’orchestration est soutenue par les boucles sonores, qui par couches s’enchevêtrent et laissent la mélodie au soin du spectateur. La partition filmique suit ainsi un mouvement qui part d’un bandeau horizontal pour aller vers la concentration en un module unique composé d’un feuilletage d’images provenant des six sources de lumière.






Biofilmographie 

 

2000

" Robonom & Friends ", Performance cinématographique (une boucle filmique pour quatre projecteurs Super 8), Musique : Robonom, mars 2000, ETR, Nantes.


2001

" From Scratch 1 ", performance cinématographique pour six projecteurs, Musique : Stéphane Courcy, Explo’sition #4 : Visions extraordinaires, Braquage, janvier 2001. In Fact, Paris.

" From Scratch 2 " mars 2001, Un autre Œil, Saint Maur.

" Plastiq ", collaboration Nominoë + Robonom, projections de films, juin 2001, Nouveau Casino, Paris.

" From Scratch 3 " + " Charleston ", 2 performances cinématographiques festival Virus, Artekno, novembre 2001, Théâtre 347, Paris.

Programmation de films personnels des membres du collectif Nominoë, Les Villes Photogéniques, L-305, décembre 2001, Glaz’art, Paris.

 

2002

" WARning 1 ", performance à l’occasion de la sortie du numéro 32 de " La Page ", juin 2002, Média Village, Paris.

" WARning 2 ", juin 2002, Puteaux.

" WARning 3 ", performance juillet 2002, Cité Internationale des Arts, Paris.

 

Actuellement en cours de travail pour une nouvelle version de WARning et nouvelle performance en chantier.



Nominoë, mai 2003





Contacts :

 

Alexis Constantin
alexisconstantin@wanadoo.fr
Tél. 06 61 59 40 91

Nicolas Berthelot
nicolas.berthelot@noos.fr
Tél. (33) 6 09 32 58 76

Stéphane Courcy

temporisation@yahoo.com
Tél. 06 18 09 10 88

Emmanuel Lefrant
e.lefrant@ifrance.com
Tél. (+1) 514 527 49 22





haut de page

------------