page éditée le 16/04/03
dernière mise à jour : le 16/04/03
--
> archives programmations----> sommaire diffusions---- > archives festivals

[english]

accueil---recherche---structures---cinéastes---films---textes---entretiens---pratique---adresses ---liens
cineastes.net

 

Festival Balthazar 2002/Paris, France
— 13 /19 mars 2002


Festival Balthazar
13-19 mars 2002 au cinéma Grand Action, Paris
À l’occasion de la sortie du numéro 5 de la revue Balthazar



Mercredi 13 mars / Philippe Grandrieux
------------------------------------------------------------------------

14 h – Sombre, Philippe Grandrieux, 1998, 118’, avec Marc Barbé et Elena Lowensöhn.
16 h – C’est vrai !, Robert Frank, 1990, vidéo, 60’. Film réalisé dans le cadre de la série " Live ", dirigée par Philippe Grandrieux. Une contrainte : réaliser un film en vidéo en un seul plan. Robert Frank parcourt les rues de New-York, une course contre la montre improvisée balisée par de courtes scénes jouées par des acteurs.
18 h – Retour à Sarajevo, Philippe Grandrieux, 1996, vidéo, 73’ (en présence du réalisateur).
Documentaire de Philippe Grandrieux sur la Bosnie.
20 h – Sombre, 1998 (en présence du réalisateur)



Jeudi 14 mars / Philippe Grandrieux
------------------------------------------------------------------------

14 h – Solstice d’hiver, Gary Hill, série " Live ", 1990, vidéo, 62’
16 h – La peinture cubiste, Thierry Kuntzel et Philippe Grandrieux, 1981, cinéma et vidéo, 50’
et Retour à Sarajevo, Philippe Grandrieux, 1996, vidéo, 73’
La peinture cubiste est une oeuvre hybride, entre le cinéma et la vidéo, le film didactique et l’expérimental. Philippe Grandrieux en a réalisé les parties cinéma et Thierry Kuntzel, les parties vidéo.
18 h30 – C’est vrai !, Robert Frank, 1990, vidéo, 60’ (en présence de Philippe Grandrieux)
20 h – Etant donnés : Aurore, 1989, 30’, Royaume, 1991, 23’ (en présence de Eric et Marc Hurtado et de Philippe Grandrieux)
Michael Snow, To Lavoisier Who Died in the Reign of Terror, 1992, 53’
Séance crépitante : la renconte entre Etant Donnés et Michael Snow. Etant Donnés procède à la surimpression de plusieurs couches d’images non pour brouiller les corps mais pour les détacher sur un halo de miroitements. Etant Donnés, qui dirige les effets sonores du prochain film de Philippe Grandrieux, mixera le son pendant la séance. To Lavoisier est co-réalisé avec Carl Brown : la chimie brûle la pellicule, les grains de l’image sont des milliers d’abeilles.



Vendredi 15 mars / Zoë Lund
------------------------------------------------------------------------

Hommage à Zoë Lund, figure héroïque du cinéma new-yorkais des années 80 et 90, décédée en 1999.
14 h – L’ange de la vengeance (Ms. 45), Abel Ferrara, 1980, 80’, avec Zoë Lund. Premier rôle de Zoë Lund, qui s’appelle encore Zoë Tamerlis : métamorphoses d’une apprenti-couturière qui troque son fer à repasser pour un calibre 45.
16 h – Bad Lieutenant, Abel Ferrara, 1992, 90’, avec Harvey Keitel et Zoë Lund. Scénario de Zoë Lund sur la rédemption et le don de soi. Zoë Lund, vampire émacié, joue la jukie qui fournit Harvey Keitel.
18 h – New Rose Hotel, Abel Ferrara, 1999, 93’, avec Christopher Walken, Willem Dafoe et Asia Argento. En 1993, Zoë Lund écrit un scénario à partir de la nouvelle de William Gibson pour le producteur Ed Presman. Cinq ans plus tard le film voit le jour, co-écrit par Christ Zoïs et Abel Ferrara. Le plus beau film de Ferrara.
20 h – Hommage à Zoë Lund :
Projection du montage de Robert Lund, The Memorial, vidéo, 45’ (v.o nst). Morceaux choisis (dont la très rare chanson extraite de Exquisite Corpses de Temistocles Lopez, 1989) montrés à New-York par Robert Lund après la mort de sa femme.
The Houseguest, Franz Harland, avec John Cale et Zoë Lund, 1987 (inédit), 30’ (v.o nst). Musique : John Cale. Film en noir-et-blanc et en d’improbables costumes d’époque. Rencontre entre une Zoë Lund espiègle et John Cale, dont c’est le seul film en tant qu’acteur.
Hot Ticket, unique film réalisé par Zoë Lund, 3’ (v.o nst). Ce film commandé par le Festival de Rotterdam fait partie de la série d’entretiens Scenes from Rotterdam, dirigée par Mijke de Jong, 1996. Zoë Lund a choisi de réaliser une petite fiction où elle se met en scène.



Samedi 16 mars / Zoë Lund
------------------------------------------------------------------------

14 h – New Rose Hotel, Abel Ferrara, 1999, 93’
16 h – Bad Lieutenant, Abel Ferrara, 1992, 90’
18 h – L’ange de la vengeance, Abel Ferrara, 1980, 80’
20 h – Séance Theresa Stern en présence de Richard Hell :
Meet Theresa Stern de et avec Richard Hell, vidéo, 1990, 20’ (vo nonst)
précédé des essais réalisés par Richard Hell avec Zoë Lund ;
Lecture de poèmes de Theresa Stern par Richard Hell et traduction par Michel Bulteau.
Dédicace de l’édition bilingue de Wanna Go Out ? publiée par Anna Polèrica, et du nouveau livre de Richard Hell, Hot and Cold.
En 1973 Richard Hell et Tom Verlaine publient un recueil de poèmes, Wanna Go Out ?, sous le nom de Theresa Stern. Richard Hell à la fin des années 80 décide de réaliser un film de fiction à partir de ce personnage. Il pense à Zoë Lund, mais le projet n’aboutit pas. Il réalise un court-métrage quelques années plus tard, où il met en scène sa rencontre avec Theresa Stern.



Dimanche 17 mars / David Lynch/ Michael Snow
------------------------------------------------------------------------

14 h –Blue Velvet, David Lynch, 1986, 120’, précédé de Lumière et Cie, 1995, 3’, et The Cowboy and the Frenchman, 1988, 25’
Lumière et Cie a été réalisé par Lynch pour le centenaire du cinéma. Il fallait respecter une contrainte : tourner un film d’une minute en un seul plan avec la caméra des frères Lumière. Le film de Lynch est le plus énigmatique. Son film en un plan en contenant… quatre, sans que l’on comprenne comment il a procédé.
The Cowboy and the Frenchman est le court-métrage réalisé par David Lynch dans le film collectif Les français vus par… Les clichés s’affrontent dans un burlesque délirant.
17 h – Blue Velvet, David Lynch, 1986, 120’, précédé de Lumière et Cie, 1995, 3’, et The Cowboy and the Frenchman, 1988, 25’
20 h – See you later, Michael Snow, 1992, 15’, The Living Room, Michael Snow, 2001, 23’ ; La peinture cubiste, Philippe Grandrieux et Thierry Kuntzel, 1981, 50’
Trois films dans un espace clos qui échappe à la maîtrise du regard. See you later : un employé quitte son bureau le soir, film en un seul plan au ralenti. The Living Room : le salon familial transformé en pièce vivante où les formes des corps et des objets) se métamorphosent et s’échangent. La peinture cubiste : un homme traverse son appartement dans l’obscurité et y fait des expériences visuelles inédites, entrechoquements de formes et de couleurs..



Lundi 18 mars / Bertrand Bonello
------------------------------------------------------------------------

14 h – Quelque chose d’organique, 1998, 90’, avec Laurent Lucas et Romane Bohringer. Un couple se délite en silence, dérive froide, étrange et crue dans Montréal.
16 h – Le pornographe, 2001, 108’, avec Jean-Pierre Léaud. Le cinéma de Bresson et de Pasolini n’est pas mort.
18 h – Quelque chose d’organique, 1998, 90’
20 h – Le pornographe, 2001, 108’



Mardi 19 mars / Larry Clark / Expérimental autrichien
------------------------------------------------------------------------

14 h – Kids, 1995, 91’, avec Chloë Sevigny, Leo Fitzpatrick et Justin Pierce.
16 h – Bully, 2001, 111’, avec Brad Renfro, Nick Stahl et Bijou Phillips. Film passé inaperçu, vendu comme un vulgaire produit pour jeunes, accusé par d’autres de moralisme réac, Bully fait revenir les meutes de Kids et poursuit le passionnant travail de Larry Clark sur les corps adolescents, en marge des teenage comedies.
18 h – Kids, 1995, 91’
20 h – Motion Picture, L’arrivée, Outer Space et Dream Work de Peter Tscherkassky, 30’; La sortie, Exposed, Blow-up et Höhenrausch de Siegfried A. Fruhauf, 30’.
Films de found footage (réalisés à partir de films existants). Avec Outer Space et Dream Work, Peter Tscherkassky explore les possibilités du Cinémascope et les fondations du film de terreur à partir d’images de Entity (Sidney J. Furie). Les films virtuoses de Siegfried Fruhauf explosent en myriades de miroitements.

 


Balthazar, mars 2002.




Contact

Balthazar
97 rue Monge, 75005 Paris
tél : 01 43 54 08 36
- revuebalthazar@club-internet.fr
http://perso.club-internet.fr/cyrilbg




haut de page
------------

Programme également disponible à : http://perso.club-internet.fr/cyrilbg/festiprog.html