page éditée le 15/04/03
dernière mise à jour : le 15/04/03
--
> archives programmations----> sommaire diffusions---- > archives festivals

[english]

accueil---recherche---structures---cinéastes---films---textes---entretiens---pratique---adresses ---liens
cineastes.net

 

Jeune, Dure et Pure !
Une histoire du cinéma d'avant-garde et expérimental en France
— mai / juin 2000 —


Jeune Dure et Pure !
Une histoire du cinéma d'avant-garde et expérimental en France
du mercredi 3 mai au dimanche 2 juillet, en 82 séances
Cinémathèque Française, Salle Grands Boulevards


Programme 1, mercredi 3 mai (19h)
Chronophotographies de Étienne-Jules Marey
“ Il existe au Collège de France une chaire d’histoire naturelle des corps organisés tenue par M. Marey, le successeur de Claude Bernard à l’Académie des Sciences. M. Marey, depuis quinze ans, a fait progresser de façon véritablement merveilleuse la physiologie expérimentale, sans recourir aux procédés traditionnels de la vivisection… Le laboratoire qui sert à de telles expériences ne peut pas être un laboratoire ordinaire. ” (Jules Ferry, Chambre des députés, juillet 1882).
Disques de Georges Demenÿ (1894) L’inventeur, entre autres, des “ photographies parlantes ” et du home-movie
Forgerons de Louis Lumière, octobre 1895
Aquarium de Louis Lumière, Lyon, 1896
Bocal aux poissons rouges, film Lumière, réal. inconnu, 1896
Démolition d’un mur, I et II de Louis Lumière, Lyon, 1896
Déjeuner du chat de Louis Lumière, Lyon, 1896
Écriture à l’envers de Louis Lumière, La Ciotat, 16 janvier 1896
Gros temps en mer, film Lumière, réal. inconnu, littoral méditerranéen, 16 janvier 1896
Carmaux, défournage du coke, film Lumière, réal. inconnu, Carmaux, 25 janvier 1896
Soupe des soldats, film Lumière, réal. inconnu, Lyon, printemps 1896
Sauts en hauteur, film Lumière, réal. inconnu, France, printemps 1896
Lion de Alexandre Promio, juillet 1896, Londres
Moutons entrant à l'abattoir, film Lumière, réal. inconnu, La Ciotat, été 1896
Pélicans de Alexandre Promio, juillet 1896, Londres
Duel au pistolet de Gabriel Veyre, Mexico, 12 ou 13 décembre 1896
Ânes de Alexandre Promio, Alger, 15 décembre 1896
Pigeons sur la place Saint-Marc de Charles Moisson, Venise, 14 juin 1896
Bal espagnol dans la rue de Gabriel Veyre, Mexico, 6 août 1896
Chutes du Rhin vues de près de Constant Girel, Neuhausen am Rheinfall, 29 septembre 1896
Baignade de chevaux de Gabriel Veyre, Guadalajara, 20 octobre 1896
Panorama du Grand Canal pris d'un bateau de Alexandre Promio, Venise, 25 octobre 1896
Panorama de la place Saint-Marc pris d'un bateau de Alexandre Promio, 25 octobre 1896
Marché aux bœufs, I, film Lumière, réal. inconnu, Paris, La Villette, 1896
Zermatt : panorama pris du chemin de fer de Viège à Zermatt, film Lumière, réal. inconnu, 7 mai 1896
Transport d’une tourelle par un attelage de 60 chevaux, film Lumière, réal. inconnu, Saint-Chamond, 1896
Escamotage d'une dame chez Robert Houdin de Georges Méliès, 1896
Sortie d’usine I, II, III, IV de Louis Lumière, Lyon, 26 mai 1895-février 1897
Lyon, travaux au canal de Jonage : machine à damer, film Lumière, réal. inconnu, printemps 1897
Lyon, travaux au canal de Jonage : arrivée et déchargement d’un train de gravier, film Lumière, réal. inconnu, printemps 1897
Lyon, travaux au canal de Jonage : locomobile, film Lumière, réal. inconnu, printemps 1897
Entrée d’une noce à l’église, film Lumière, réal. inconnu, Paris, 17 juin 1897
Football de Alexandre Promio, Londres, 21 juin 1897
Liverpool, la rade de Alexandre Promio, Londres, 21 juin 1897
Arrivée d’un train à La Ciotat de Louis Lumière, été 1897
Bourricots sous les palmiers de Alexandre Promio, Sakkarah, 12 mars 1897
Panorama des rives du Nil I-VIII de Alexandre Promio, 12 mars 1897
Caravane de chameaux de Alexandre Promio, Jérusalem, 3 avril 1897
Gardes à pied : exercices à la baïonnette de Alexandre Promio, Londres, 21 juin 1897
Jury de peinture de Alexandre Promio, Paris, septembre 1897
Los Aïnos à Ueso, I de Constant Girel, Yéso, octobre 1897
Cynghalais : danse des couteaux, I de Alexandre Promio, Paris, septembre 1897
Le squelette joyeux, film Lumière, réal. inconnu, Lyon, 1897
Panorama pendant l'ascension de la tour Eiffel, film Lumière, réal. inconnu, Paris, 1897
Puits de pétrole à Bakou. Vue de près, film Lumière, réal. inconnu, Bakou, 1897
Danse tarentelle à Sorrente (version coloriée), film Lumière, réal.
inconnu, 1897
Vue prise d'une baleinière en marche, film Lumière, réal. inconnu, Hyères, 18 mars 1897
Passage d’un tunnel en chemin de fer, film Lumière, réal. inconnu, Lyon, Caluire, 1897
Passage d’un tunnel en chemin de fer (pris de l’arrière du train), film Lumière, réal. inconnu, Lyon, Perrache, 1897
Après le bal, le tub de Georges Méliès, 1897
Le Magicien de Georges Méliès, 1898
À bord du “ Formidable ” : explosion en mer de Alexandre Promio,
Villefranche-sur-Mer, février 1898
Salut dans les vergues de Alexandre Promio, Sibenik, 28 ou 29 avril 1898
Sauts périlleux en long (version coloriée), film Lumière, réal. inconnu, Paris, 30 mai 1899
Le village de Namo : panorama pris d'une chaise à porteurs de Gabriel
Veyre, Namo (Annam), janvier-février 1900
Une soixantaine de films Lumière, une soixantaine de propositions plastiques (en matière de textures, mouvements, durées, effets de présence, sérialité, aura) dont certaines se trouvent à l’origine d’un ou plusieurs remplois.


Programme 2, mercredi 3 mai (21h30)
Nouvelles luttes extravagantes de Georges Méliès, 1901, 3’
Voyage dans la lune de Georges Méliès, 1902, 6’
L'homme à la tête en caoutchouc de Georges Méliès, 1902, 3’
Séparation des sœurs siamoises Radika et Dodika par le Dr Doyen de Clément Maurice, 1902, 5’
L’Homme-Mouche de Georges Méliès, 1902, 3’ (sous réserve)
Série 1 (vols d'insectes) de Lucien Bull, 1904, 4’
Série 2 (Tipule) de Lucien Bull, 1904, 4’
Le rêve de l'horloger de Georges Méliès, 1904, 3’
Série 3 (Agrion) de Lucien Bull, 1905, 4’
Série 4 (Films de sujets physiques) de Lucien Bull, 1905, 5’
Série 5 (Films de locomotion animale) de Lucien Bull, 1905, 5’
Série 6 (Insectes) de Lucien Bull, 1905, 5’
Les bulles de savons vivantes de Georges Méliès, 1906, 5’
Série 7 (Éclatements de bulles de savon) de Lucien Bull, 1907, 5’
Les dés magiques de Segundo de Chomon, 1907, 5’
Le Korrigan d'Étienne Arnaud, 1908, 8’
Spirochaeta pallida du Dr. Jean Comandon, 1909, 2’
Les Joyeux microbes de Émile Cohl, 1909, 5’
“ Ainsi, Georges fut le premier à reconnaître le cinéma comme médium à la fois d’une super-nature et d’un infra-monde, un instrument dévoilant la nature à travers la réflexion... ” Stan Brakhage.


Programme 3, jeudi 4 mai (19h)
Les locataires d'à côté de Émile Cohl, 1909, 4’
Le Miroir hypnotique de Émile Cohl, 1909, 4’
Les lunettes féeriques de Émile Cohl, 1909, 5’
Cyclopes, réal. inconnu, 1909, 3’
Méduse d'Obélia, réal. inconnu, 1909, 3’
Hydractinie de la coquille du pagure, réal. inconnu, 1909, 1’
Cils vibratiles des branchies de la moule, réal. inconnu, 1909, 1’
Le retapeur de cervelles de Émile Cohl, 1911, 6’
Les vers marins, réal. inconnu, 1912, 193 mètres
Onésime et le duel à l’américaine de Jean Durand, 1912, 6’
Onésime horloger de Jean Durand, 1912, 5’
Les tourbillons cellulaires de Henri Bernard et C. Dauzère, 1912, 9’
Solidification cellulaire de Henri Bernard et C. Dauzère, 1912, 4’
Onésime Cœur de Tzigane de Jean Durand, 1913, 6’
Les Echynodermes, réal. inconnu, 1913, 11’
La torpille, réal. inconnu, 1913, 3’
La Ranâtre, réal. inconnu, 1913, 5’
Les Orchidées, réal. inconnu, 1913, 4’30”
“ La technique de la nature est celle d’une maîtresse de ballet ” Émile Vuillermoz


Programme 4, jeudi 4 mai (21h30)
La Sensitive, réal. inconnu, 1914, 5’
Sang d’oiseau (Padda) infecté par un hématozoaire et phagocytose de ce parasite du Dr. Jean Comandon, 1914, 10’
La Folie du docteur Tube d'Abel Gance, 1915, 10’
Modification des propriétés de l'aluminium par des traces de mercure, réal. inconnu, 1918, 4’
Décharge d'un revolver calibre 5,65 mm de Lucien Bull, 1919, 1’
Projectile de canon de 37 mm de Lucien Bull, 1919, 1’
Les Nuages, réal et prod. inconnus, ca 1920, 10’
Les animaux transparents de la mer, réal. inconnu, 1920, 7’
Scènes de psychologie de l’enfant du Dr. Jean Comandon, 1921, 20’
La Souriante Madame Beudet de Germaine Dulac, 1922, 32’
“ Ce que fixent les images n’a jamais que la fixité des nuages ”. Walter Benjamin


Programme 5, samedi 6 mai (19h)
Le Retour à la raison de Man Ray, 1923, 5’
Autour de La Roue de Blaise Cendrars, 1923, 11’
Au secours ! d'Abel Gance, 1923, 35’ Avec Max Linder
Paris qui dort de René Clair, 1923, 35’
En 1923, Abel Gance livrait une stupéfiante anthologie projective des procédés expérimentaux, de son propre Docteur Tube à Michael Snow.


Programme 6, samedi 6 mai (21h30)
Projectile en papier traversant une bulle de savon de Lucien Bull, 1924, 1’
Balle de revolver traversant une planche en bois de Lucien Bull, 1924, 1’
Balle de revolver traversant une plaque en verre de Lucien Bull, 1924, 1’
Faits divers de Claude Autant-Lara, 1924, 17’
Entracte de René Clair, 1924, 22’
Ballet mécanique, Fernand Léger, 1924, 18’
Anemic Cinema de Marcel Duchamp 1925 ou 1926, 7’
Jeux des reflets et de la vitesse de Henri Chomette, 1925, 6’
Étude cinégraphique sur trois danses asiatiques sacrées, réal. inconnu, ca 1925, 12’
“ Ballon gonflé peu à peu qui se crève… jet d'eau / vent / vapeur / phares / étincelles ” Marcel Duchamp.


Programme 7, dimanche 7 mai (19h)
Ménilmontant de Dimitri Kirsanoff, 1926, 35’
Cinq minutes de cinéma pur de Henri Chomette, 1926, 5’
Rien que les Heures de Alberto Cavalcanti, 1926, 45’
“ Alors, selon Rien que les heures, qu’est-ce que la condition humaine ? Être un mannequin ? Un géant fragile ? Un danseur ? Un meurtrier sans morale ? (seul celui qui tue ne danse pas : toujours la légèreté, la joie, au lieu de la pesanteur des corps et des humeurs.) Un corps à
vendre ? Une ombre amoureuse ? Un déchet magnifique ? Tout cela à la fois, bien sûr, et si possible avec un maximum de frénésie. ” David Pellecuer.


Programme 8, dimanche 7 mai (21h30)
Emak Bakia de Man Ray, 1927, 17’
La P’tite Lilie de Alberto Cavalcanti, 1927, 20’
Sur un air de Charleston de Jean Renoir, 1927, 21’
La Glace à trois faces de Jean Epstein, 1927, 49’
C’est l’époque des grands essais sur la vitesse, où les figures se dissipent dans le mouvement.


Programme 9, mercredi 10 mai (19h)
Lumière et ombre d'Alfred Sandy, 1928, 5’
Essais cinématographiques d'Alfred Sandy, 1928, 1’
Prétexte d'Alfred Sandy, 1928, 5’
Jeux arborescents d'Émile Malespine, 1928, 5’14
Jeux d’ombres d'Émile Malespine, 1928, 4’
La Chute de la maison Usher de Jean Epstein, 1928, 82’
“ L’éther impondérable est un marbre aux transmissions instantanées. La matière n’est qu’un trou. Mais revenu de cette aventure, on croit qu’on a rêvé ”. Jean Painlevé


Programme 10, mercredi 10 mai (21h30)
Un Chien andalou de Luis Buñuel, 1928, 16’
Disque 957 de Germaine Dulac, 1928, 6’
Thèmes et variations de Germaine Dulac, 1928, 9’
La Zone de Georges Lacombe, 1928, 25’
La Pieuvre de Jean Painlevé, 1928 L’Étoile de mer de Man Ray, 1928, 17’
La Marche des machines d'Eugène Deslaw, 1928, 9' “ Un moyen d’action directe sur les nerfs optiques des spectateurs ”. Eugène Deslaw


Programme 11, jeudi 11 mai (19h)
Études de mouvements de Joris Ivens, 1928, 4’
La Tour de René Clair, 1928, 10’
Études sur Paris d'André Sauvage, 1928, 76’
“ En considérant les chutes, rushes ou remontages à quoi se réduisent les autres films de Sauvage à l'aune de la grandeur plastique qui se manifeste dans Études sur Paris, on ne peut s'empêcher de penser que l'industrie du cinéma a broyé et réduit en charpie ce qui aurait dû constituer la plus belle œuvre documentaire de son temps. ” Isabelle Marinone


Programme 12, jeudi 11 mai (21h30)
La Petite marchande d’allumettes de Jean Renoir, 1928, 29’
Balançoires de Noël Renard, 1928, 25’
Les Nuits électriques d'Eugène Deslaw, 1929, 10’
Marseille Vieux-Port de László Moholy Nagy, 1929, 9’
Étude cinématographique sur une arabesque de Germaine Dulac, 1929, 7’
Brumes d’automne de Dimitri Kirsanoff, 1929, 15’
“ L’embrasement général, torrentiel ! voilà ce qui m’a tenté ”. Eugène Deslaw


Programme 13, vendredi 12 mai (19h)
Finis Terrae de Jean Epstein, 1929, 80’
“ En quittant l’archipel d’Ouessant j’ai eu l’impression d’en emporter non un film, mais un fait. ” Jean Epstein Construire un feu de Claude Autant-Lara, 1930, 16’ (sous réserve) Rushes d’une recherche pionnière sur le format de l’image.


Programme 14, vendredi 12 mai (21h30)
Montparnasse d'Eugène Deslaw, 1929, 10’
À Propos de Nice de Jean Vigo, 1930, 31’
L’Âge d’or de Luis Buñuel, 1930, 45’
“ Lavent de tout sauf de l’amour ” (©Rodolphe Cobetto-Caravanes)


Programme 15, samedi 13 mai (19h)
Le Sang d’un poète de Jean Cocteau, 1930, 55’
Taris ou la natation de Jean Vigo, 1931, 10’
Autour de la Fin du monde d'Eugène Deslaw, 1931, 18’
Les Berceaux de Jean Epstein, 1931, 5’
Les Berceaux de Dimitri Kirsanoff, 1931, 7’
“ J’avais vu ce drame sur l’écran parfait de mes rêves ” Kenneth Anger


Programme 16, samedi 13 mai (21h30)
La Ligne vivante III : la poésie des lignes de Maurice J. Champel, 1932, 15’
Impeccable étude sur l’architecture moderne L’Or des mers de Jean Epstein, 1932, 73’
Quel rapport entre l’avant-garde des années 20 et la Nouvelle Vague ? L’Or des mers, le plus âpre, le plus beau, le plus méconnu des chefs d’œuvre.


Programme 17, dimanche 14 mai (19h)
Quelques phases de la chute d'une sphère dans l'eau de Lucien Bull, 1933 1’
50 phases successives de l'éclatement de 50 amorces de Lucien Bull, 1933, 1’
Une nuit sur le Mont Chauve d'Alexandre Alexeieff & Claire Parker, 1933, 9’
L'Hippocampe de Jean Painlevé, 1934, 15’
La marche de la faim de I. M. Daniel, 1935, 10’ (sous réserve)
Voyage dans le ciel de Jean Painlevé, 1937, 11’
Formation de cristaux aux dépens d’un précipité amorphe du Dr Jean Comandon et M. de Fonbrune, 1937, 8’
Oflag XVIIA, Collectif, 1940, 28’
Le Vampire de Jean Painlevé, 1945, 9’
Aubervilliers d'Éli Lotar, 1945, 25’
“ Sans expérimentation, le documentaire perd toute valeur, sans expérimentation, le documentaire cesse d’exister. ” Alberto Cavalcanti.


Programme 18, dimanche 14 mai (21h30)
Lueur du Dr. Pierre Thévenard, 1946, 43’
Un essai sur le son et sur le noir. La Grande lutte des mineurs, Louis Daquin/Collectif, 1948, 12’
La police mitraillait les mineurs en grève, René Vautier, Louis Daquin et leurs camarades se mirent au travail. Goémons de Yannick Bellon, 1948, 25’
La grandeur plastique et le désespoir des films bretons d’Epstein, avec un tout autre rapport aux corps et au travail. Initiation à la danse des possédés de Jean Rouch, 1948, 25’
Début des recherches de Jean Rouch sur la transe.


Programme 19, mercredi 17 mai (19h)
Le Sang des bêtes de Georges Franju, 1949, 22’
Aube de Jean-Claude Sée, 1950, 21’
La Lune des lapins de Kenneth Anger, 1950, 16’
Un Chant d’amour de Jean Genet, 1950, 25’
Les statues meurent aussi de Chris Marker et Alain Resnais, 1950, 29’
Viande retournée, chair, corps, fétiches profanés. Amours lunaires. Aube.


Programme 20, mercredi 17 mai (21h30)
Traité de bave et d’éternité d’Isidore Isou, 1951, 120’
“ Daniel pensait qu'il aimait toujours faire autre chose ; de la musique dans la poésie, de la peinture dans le roman, et maintenant du roman dans le cinéma, un roman récité par une dame de compagnie aux spectateurs assis devant la cheminée brûlante de l'écran et regardant les séquences comme des bûches, tomber sans liaison, et passer de l'incandescent aux cendres. ” Isidore Isou.


Programme 21, jeudi 18 mai (19h)
En présence de René Vautier, Chant de Seck Bayo Afrique 50 de René Vautier, 1951, 20’
Vivent les dockers de Robert Ménégoz, 1951, 15’
Ces gens du Nord de René Lucot, 1952, 30’
“ Votre nom : Vautier ! Votre vie : la liberté ! Votre cinéma : engagé ! Votre parole : enragée ! ” Raphaël Millet.


Programme 22, jeudi 18 mai (21h30)
Le Film est déjà commencé ? de Maurice Lemaître, 1951, 62’
“ Ce film, pour être en règle avec lui-même, et pour épater les cons, se doit d’annoncer la masse des créations cinématographiques introduites dans l’histoire avec son apparition ”. Maurice Lemaître.


Programme 23, vendredi 19 mai (19h)
Images pour Debussy : en bateau de Jean Mitry, 1951, 13’
Aérosols IMHZ de Guy Busnel, 1952, 4’
L’Anti-concept de Gil J. Wolman, 1952, 70’
Pénélope de Raymond Hains, 1954, 20’
“ C’est le monde sensible qui n’est que le reflet et comme l’épiphénomène d’une musicalité essentielle. ” André Bazin.


Programme 24, vendredi 19 mai (21h30)
Locomotion chez Cyclostoma Elegans de Jean Dragesco, 1954, 3’
Les Maîtres fous de Jean Rouch, 1954, 36’
Nuit et brouillard d'Alain Resnais, 1955, 32’
Recreation, Robert Breer, 1956, 2’
Surprise Boogie d'Albert Pierru, 1957, 6’
A Man and his Dog out for Air de Robert Breer, 1958, 3’
Défense d’afficher de Hy Hirsh, 1958, 8’


Programme 25, samedi 20 mai (16h30)
Une simple histoire de Marcel Hanoun, 1958, 68’
Le mouvement brownien de Maurice Françon, 1960, 2’
Feria de Marcel Hanoun, 1961, 19’
Prodiges de la littéralité.


Programme 26, samedi 20 mai (19h)
J’ai huit ans de Yann Le Masson, Olga Baïdar-Poliakoff et René Vautier, 1961, 12’
Procédés d’induction individuelle et collective, réal. inconnu, Lorquin, 1962, 5’
Prison de Robert Lapoujade, 1962, 13’
Octobre à Paris de Jacques Panijel/Collectif, 1962, 70’
Exercices d’assujettissement, gestes de résistance.


Programme 27, samedi 20 mai (21h30)
Un soir au cinéma de Maurice Lemaître, 1963, 40’
Les enfants désaccordés de Philippe Garrel, 1964, 15’
Entretien avec Lucien Bull par le Dr Pierre Thévenard, ca 1965, 10’
Ça de Jean Clarebouldt, 1965, 5’
Stars d'Errò, 1966, 10’
Actions de rue de Ben, 1960-1972, 25’
“ J'ai fait ce film pour la retrouver. Je suis ici, dans la salle, dans le temple aux images de feu follet, et je l'attends. ” Maurice Lemaître


Programme 28, dimanche 21 mai (19h)
Méditerranée de Jean-Daniel Pollet, 1966, 40’
Héraclite l'Obscur de Patrick Deval, 1967, 20’
Deux écritures du mythe non pas comme archétype mais comme prototype du présent. Homéo, d'Étienne O’Leary, 1967, 38’
Débuts du cinéma underground en France.


Programme 29, dimanche 21 mai (21h30)
À bientôt j'espère de Chris Marker et Mario Marret, 1967, 43’
L’authentique procès de Carl-Emmanuel Jung de Marcel Hanoun, 1967, 62’
“ L’art ne protège de rien. ” Pierre Gras


Programme 30, mercredi 24 mai (19h)
Tourou et Bitti de Jean Rouch, 1967, 8’
Possession en plan-séquence Jésus-Cola de Martial Raysse, 1967, 20’
Dépossession en plans-tableaux Visa de censure n°X de Pierre Clémenti, 1967, 55’
Transe en surimpression Eden Miseria de Jacques Baratier, 1967, 18’
Et trip très sympathique


Programme 31, mercredi 24 mai (21h30)
Ciné-tracts (sélection), Collectif, 1968, 20’
Le Rouge de Gérard Fromanger (avec Jean-Luc Godard), 1968, 3’
Classe de lutte, Groupe Medvedkine, 1968, 37’
Chantal D., star de Maurice Lemaître, 1968, 26’
Une œuvre de Maurice Lemaître, 1968, 15’
Tous derrière Suzanne !


Programme 32, jeudi 25 mai (19h)
Movie Re-Invented – Hommage à Méliès (prochainement sur cet écran) de Robert Filliou, 1968, 7’
Ex de Jacques Monory, 1968, 5’
Le Révélateur de Philippe Garrel, 1968, 60’
L’Homme qui tousse de Christian Boltanski, 1969, 3’30’’
L’Homme qui lèche de Christian Boltanski, 1969, 2’30’’
Tout ce dont je me souviens de Christian Boltanski, 1969, 0’24’’
Comment pouvons-nous le supporter de Christian Boltanski, 1969, 0’30’’
Garrel, Boltanski avaient alors vingt ans et dans leurs films passe, comme dit Brad Stevens à propos du Révélateur, “ l’expérience de toute une vie ”.


Programme 33, jeudi 25 mai (21h30)
Vite de Daniel Pommereulle, 1969, 35’
Deux fois de Jackie Raynal, 1969, 72’
“ Le cinéma rend le monde insupportable. Il ne supporte pas la béatification de la poésie, il en exige la réalité ”. Patrick Deval. Deux des chefs d’œuvre du groupe Zanzibar.


Programme 34, samedi 27 mai (19h)
Le Rouge de Gérard Fromanger (avec Marin Karmitz), 1969, 3’
Nouvelle Société n° 5, 6 et 7 du Groupe Slon - Medvedkine, 1969, 30’
Rhodia 4/8 du Groupe Slon-Medvedkine, 1969, 5’
British Sounds de Jean-Luc Godard et Jean-Henri Roger, 1969, 52’
Sommets du pamphlet politique


Programme 35, samedi 27 mai (21h30)
L’Homme nu de Georges Rey, 1969, 3’
La source de la Loire de Georges Rey, 1969, 3’
La Vache qui rumine de Georges Rey, 1969, 3’
Graphyty de Jean-Pierre Bouyxou, 1969, 10’
Pravda du Groupe Dziga Vertov, 1969, 60’
Cinéma, Cinéma, de Jean-Pierre Lajournade, 1969, 14’
Films insolents.


Programme 36, dimanche 28 mai (19h)
Sochaux : 11 juin 68 du Collectif de cinéastes et travailleurs de Sochaux, 1970, 20’
No Pincha de Tobias Engel, 1970, 80’
Un épisode de guerre civile en France, la fresque mélancolique d’une guérilla en Guinée, deux accomplissements du cinéma politique.


Programme 37, dimanche 28 mai (21h30)
Le Pain quotidien de Philipe Bordier, 1970, 12’
Ere Erera Baleibu Icik Subua Aruaren de José Antonio Sistiaga, 1970, 75’
“ Je vivais en symbiose avec mon matériel et mes encres, j'aurais pu peindre le film pendant toute la vie ”. José Antonio Sistiaga.


Programme 38, mercredi 31 mai (19h)
U. S. S (Unsanity's Speculum) d'Alain Montesse, 1970, 26’
Essai de reconstitution des 46 jours qui précédèrent la mort de Françoise Guiniou de Christian Boltanski, 1971, 19’
Odette Robert de Jean Eustache, 1971, 54’
Un film situationniste méconnu et un diptyque indispensable sur l’assujettissement coutumier des femmes.


Programme 39, mercredi 31 mai (21h30)
Main Line de Michel Bulteau, 1971, 12’
Au-delà de cette limite de Marcel Broodthaers, 1971, 7’30 Bugey pour mémoire de Alain Montesse, 1971, 3’
Apocalypse No ! Face de Jean-Pierre Bertrand, 1971, 10’
Le visage dans les états de l’image Letter to Jane de Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Gorin, 1972, 60' États de l’image dans le visage


Programme 40, vendredi 2 juin (19h)
Tristan et Iseult d’Yvan Lagrange, 1972, 60’
Athanor de Philippe Garrel, 1973, 20’
“ Le film est un rêve à l’inverse : il débute au moment du réveil, mais il entame sa démarche vers l’intérieur du rêve. ” Teo Hernandez. Deux chefs d’œuvre du cinéma symbolique.


Programme 41, vendredi 2 juin (21h30)
Histoires d’A de Marielle Issartel et Charles Belmont, 1973, 90’
“ Nous pensions que l’avortement et la contraception ne pouvaient être isolés de leur contexte social, économique et sexuel. ” M. Issartel et C. Belmont.


Programme 42, samedi 3 juin (16h30)
Portrait de Georges Rey, 1973, 3’
Jean Le Gac, artiste peintre de Jean Le Gac, 1973, 10’
Eiffel Larsen de Jacques Brunswic, 1974, 5’
Brighton Belle de Jacques Monory, 1974, 15’
Mao Gillette de Jean-François Lyotard, 1974, 3’
Manifestes “ contre la vision monoculaire et la diachronicité ” Jacques Brunswic. Avec le sang des autres de Bruno Muel, 1974, 49’
Sur le travail à la chaîne, l’équivalent cinématographique de l’Établi de Robert Linhardt.


Programme 43, samedi 3 juin (19h)
V. W. Vitesses Women de Claudine Eizykman, 1974, 36’
Ultrarouge - Infraviolet de Guy Fihman, 1974, 31’
Regard de ma fenêtre de Ahmet Kut, 1974, 45’
“ Deux directions s'ouvrent pour concevoir (et produire) un objet, cinématographique en particulier, conforme à l'exigence pyrotechnique. Ces deux pôles sont l'immobilité et l'excès des mouvements. En se laissant attirer vers ces antipodes, le cinéma cesse insensiblement d'être une force de l'ordre ; il produit de vrais, c'est-à-dire vains, simulacres, des intensités jouissives, au lieu d'objets consommables-productifs. ” Jean-François Lyotard.


Programme 44, samedi 3 juin (21h30)
Les Intrigues de Sylvia Couski d'Adolfo Arrieta, 1974, 130’
“ Nous vivons dans cet underground encore et toujours, clinquant comme un jeu de mots de Lacan, rutilant comme du velours cramoisi sur un brocart de Venise, beau comme la princesse Salomé, celle qui refusa la moitié d’un empire pour obtenir du Tétrarque la tête d’un homme sur un plateau d’argent. ” Alain Pacadis.


Programme 45, dimanche 4 juin (16h30)
Ligne continue de Peter Stampfli, 1974, 8’20’’
Film sans caméra F.S.C. n°1 de Giovanni Martedi, 1974, 11’
Black and Light de Pierre Rovère, 1974, 8’
Blanc de Ahmet Kut, 1975, 5’
Petites têtes, grandes surfaces, Cinélutte, 1975, 40’
“ Pour décrire effectivement cette époque, il faudrait sans doute montrer beaucoup d'autres choses. Mais à quoi bon ? Il faudrait plutôt comprendre la totalité de ce qui s'est fait ; ce qui reste à faire. Et non ajouter d'autres ruines au vieux monde du spectacle et des souvenirs. ” Guy Debord.


Programme 46, dimanche 4 juin (19h)
Film sans caméra STST de Giovanni Martedi, 1975, 8’
Yaa Boê de Dominique Avron & Jean-Bernard Brunet, 1975, 12’
Ali au pays des merveilles de Djouhra Abouda et Alain Bonnamy, 1975, 49’
Organisent à la force du montage “ la remontée au grand jour des corps ensevelis. ” Bernard Benoliel.


Programme 47, dimanche 4 juin (21h30)
Dehors-Dedans d’Alain Fleischer, 1975, 80’
“ Qu'ai-je donc filmé, qu'ai-je donc montré ? De quoi ai-je fait spectacle ? D'un peu d'écriture peut-être, d'un peu d'obscures cérémonies, y compris celles du film lui-même. ” Alain Fleischer.


Programme 48, mercredi 7 juin (19h)
Six films infinitésimaux et supertemporels de Maurice Lemaître, 1975, 10’
Henri Langlois de Istvan Sipos, ca 1975, 10’
In/contro/luce de Giovanna Puggioni, 1976, 9’
Le Vent souffle où il veut de Marcel Hanoun, 1976, 17’
Double Labyrinthe de Maria Klonaris & Katerina Thomadaki, 1976, 55’
“ Dimension politique de l’identité féminine. Dimension politique du corps. Dimension politique du langage poétique. Dimension politique du Super 8. ” Maria Klonaris & Katerina Thomadaki


Programme 49, mercredi 7 juin (21h30)
R de Yann Beauvais, 1976, 3’
Film n°2 de Christian Lebrat, 1976, 3’
Rythmes 76 de Jean-Michel Bouhours, 1976, 18’
Allée des signes de Gisèle et Luc Meichler, 1976, 21’
Un navet de Maurice Lemaître, 1976, 31’


Programme 50, jeudi 8 juin (19h)
Salomé de Téo Hernandez, 1976, 65’
2 Films Super de Nicolas Villodre, 1977, 3’
Gradiva de Raymonde Carasco, 1977, 25’
2 super films entre 2 très grands traités du ralenti.


Programme 51, jeudi 8 juin (21h30)
Carolyn I de Martine Rousset, 1977, 10’
D’art moderne de Dominique Willoughby, 1977, 11’
La Cité des neuf portes de Stéphane Marti, 1977, 75’
“ Nous sommes habités par quelqu'un de beaucoup mieux que nous, par une nuit beaucoup plus intelligente que notre jour. Cette nuit veut aller dehors et exige notre aide. ” Jean Cocteau, cité par Stéphane Marti


Programme 52, samedi 10 juin (19h)
50 bons films de Maurice Lemaître, 1977, 28’
Chromaticité I de Patrice Kirchhofer, 1977, 11’
Densité optique I de Patrice Kirchhofer, 1977, 27’
Nada ! de Maurice Lemaître, 1978, 3’
Césarée de Marguerite Duras, 1978, 11’
Les mains négatives de Marguerite Duras, 1978, 18’
Cinématons (sélection) de Gérard Courant, 1978-1982, 20’
(n°56, Marie-Noëlle Kauffmann – n°122, Robert Kramer – n°158, Serge Merlin – n°214, Noël Godin – n°251, Jakobois)
“ Mes films ne sauraient être des marchandises culturelles ni même des produits finis ”. Patrice Kirchhofer


Programme 53, samedi 10 juin (21h30)
La Petite fille de Pascal Auger, 1978, 9’
Dansité de Jean-Paul Dupuis, 1978, 10’
Tosca de Dominique Noguez, 1978, 20’
Gestuel de Michel Nedjar, 1978, 20’
Cinématons (sélection) de Gérard Courant, 1978-1985, 25’
(n°27, Michel Nedjar – n°264, Galaxie Barbouth – n°318, Dominique Noguez – n°441, Juliet Berto – n°468, Boris Lehman – n°601, Terry Gilliam)
Plastiques du portrait.


Programme 54, dimanche 11 juin (19h)
Roulement, rouerie, aubage, Rose Lowder, 1978, 15’
New OLD ou les Chroniques du temps présent de Pierre Clémenti, 1979, 63’
“ Image latente. Creuset d’énergie. Pouvoir d’investissement et de projection des plans. Roulement des pales dans l’ombre. Nuit du montage. ” Teresa Faucon


Programme 55, dimanche 11 juin (21h 30)
Certaines observations de Rose Lowder, 1979, 14’
Retour d’un repère composé de Rose Lowder, 1979, 19’
Deux admirables double écran Forget me not de Unglee, 1979, 15’
Un rituel de soi-même, rituel du faux Tutuguri - tarahumaras 79 de Raymonde Carasco, 1979, 25’
Un rituel collectif solaire European Crisis de David Wharry, 1980, 9’
Stridura de Ange Leccia, 1980, 13’
Et deux grandes fictions critiques


Programme 56, mercredi 14 juin (19h)
Mon sang pécheur ruisselle ardent (Passion I) de Gérard Courant, 1980, 9’
Lacrima Christi de Téo Hernandez, 1980, 127’
“ Quand je vois le ciel, je me dis : voici l’espace qui nous est commun ”. Teo Hernandez


Programme 57, mercredi 14 juin (21h45)
In/Side/Out I-VI de Jennifer Lou Burford, 1980, 9’
Trama de Christian Lebrat, 1980, 12’
Ballœillades de Dominique Willoughby, 1980, 14’
Ixe de Lionel Soukaz, 1980, 45’
“ Qu'Ixe soit tout cela ; une analyse, un travail (miroir) personnel, une peinture des années quatre-vingt ce que vous voulez, peu importe mais qu'Ixe soit le frisson de la vie, cette chose qui donne la chair de poule. ” Lionel Soukaz.


Programme 58, jeudi 15 juin (19h)
Astarti de Maria Klonaris & Katerina Thomadaki, 1980, 180’
Fresque sur les archétypes, invention de la perfection critique.


Programme 59, vendredi 16 juin (19h)
Un petit bol d'air de Michel Amarger, 1981, 4’30’’
Imagogie de Frédérique Devaux, 1981, 10’
Lapse de Claudine Eizykman, 1981, 75’
“ Si un conflit avec l’expérience intervient à la périphérie, des réajustements s’opèrent à l’intérieur du champ. ” Quine.


Programme 60, vendredi 16 juin (21h30)
Danse du miroir de Sothean Nhieim, 1981, 6’
Selva de Maria Klonaris, 1982, 75’
Qu’est-ce que le cinéma ? Deux réponses dansées, deux chefs d’œuvre.


Programme 61, samedi 17 juin (19h)
Les Tournesols de Rose Lowder, 1982, 6’
Holon de Christian Lebrat, 1982, 14’
L’Ange de Patrick Bokanowski, 1982, 70’
“ Quels pourraient être les principes de réalisation d’images différentes où l’on abandonnerait la soumission totale à l’égard des objectifs à lois optiques conventionnelles, pour passer à l’utilisation de ‘subjectifs’ permettant d’égaler, avec des images photographiques, la liberté des images dessinées ou peintes ? ” Patrick Bokanowski


Programme 62, samedi 17 juin (21h30)
Passage du thermomètre de Jakobois, 1982, 14’
4à4 MétroBarbèsRochechou’Art de Gaël Badaud / Teo Hernandez / Michel Nedjar / Jakobois, 1982, 65’
“ Implication corporelle, avec prises de risques majeurs ”. Jakobois.


Programme 63, dimanche 18 juin (19h)
Nuestra Señora de Paris de Teo Hernandez, 1982, 22’
La Mère déchirée par les ciseaux du fils, le monument silencieux redevenu vivant La Maison de Pologne de Joseph Morder, 1983, 60’
La parole de la Mère, le respect, l’histoire à jamais conservée


Programme 64, dimanche 18 juin (21h30)
Les Tournesols colorés de Rose Lowder, 1983, 3’
Capitale Paysage de Michel Nedjar, 1983, 71’
“ L'image montre plus que l'œil humain ne peut voir d'une réalité. La feuille et ce qui se trouve derrière, le net et le flou. Le champ de l'image n'est plus une portion d'espace découpée par une fenêtre mais un volume d'espace qui forme un couloir profond. ” Laure Bergala


Programme 65, mardi 20 juin (20h) à Chaillot Cinématon n°100 de Gérard Courant, 1980, 3’ 25” Cinématon n°333 de Gérard Courant, 1984, 3’ 25” À propos de la Grèce de Gérard Courant, 1983-85, 90’
Mémorial du refilmage.


Programme 66, mercredi 21 juin (19h)
La fissure de Cécile Fontaine, 1984, 2’
Overeating de Cécile Fontaine, 1984, 3’
Jaune et bleu II : les îles de Pascal Auger, 1984, 7’
Pluie de roses (À Rose Lowder) de Jakobois, 1984, 3’20’’
Sans titre 84 de Yann Beauvais, 1984, 14’
Fil(m)age de Michel Amarger & Frédérique Devaux, 1985, 3’
Vies de MB, V : Tunisie, Tunisie de Maurice Lemaître, 1985, 35’
“ Tunisie, Tunisie : avec l'élégance déchirante d'un humaniste contemporain qui sait tout du négatif, dans une superbe innocence retrouvée, les thèmes originels du père ou de la mère. ” Joëlle Moulin.


Programme 67, mercredi 21 juin (21h30)
L'Affaire des Divisions Morituri de F.J. Ossang, 1985, 81’
“ Burroughs succède directement à Eisenstein en théoricien du montage. ” Vincent Deville.


Programme 68, jeudi 22 juin (19h)
Éoliennes, Laboratoire de Physique d'Orsay, 1986, 5’
Point vélique d'André Almurò, 1986, 8’15” The Eccentrics de Jennifer Lou Burford, 1987, 8’
Le troisième œil d'André Almuro, 1988, 35’
Montre-moi si vraiment du ciel tu es l'élu (Passion IX) de Gérard Courant, 1988, 13’
Impressions en haute atmosphère de José Antonio Sistiaga, 1989, 7’
Cruises de Cécile Fontaine, 1989, 10’
Test d’ouverture pyrotechnique sur conteneur (CP1) Optomat “ R ” d'Alexis Martinet, 1989, 13’
“ Par le montage de l’expérience, il faut chercher le paramètre qui se trouve au fondement même du phénomène ”. Alexis Martinet.


Programme 69, jeudi 22 juin (21h30)
Les Antiquités de Rome de Jean-Claude Rousseau, 1989, 105’
“ L’intention, la volonté propre est éliminée. Ne demeure que l’attente, l’aspiration à laisser toucher le “ Je ” par la Grâce dans le vide créé. ” Paul Willemsen.


Programme 70, samedi 24 juin (19h)
Aurore de Étant Donnés, 1989, 30’
Lavazda de Metamkine, 1990, 7’
Le Photographe de Pip Chodorov, 1990, 6’30’’
Vagues à Collioure de Jean-Michel Bouhours, 1991, 6’
Antinoos de Dionysos Andronis, 1991, 5’
Japon Series de Cécile Fontaine, 1991, 7’
Royaume de Étant Donnés, 1991, 22’
“ – Je l’ai retrouvé. – Quoi ? – L’amour ”. Étant Donnés.


Programme 71, samedi 24 juin (21h30)
3 de Vincent Ostria, 1992, 5’30’’
Gladiateurs de Martine Garnier, 1992, 3’
Radio-crochet des échevelées de Martine Garnier, 1992, 3’
2’30” pour Mapplethorpe de Frédéric Charpentier, 1992, 2’30” AcidFilmDa de Métamkine, 1992, 5’25’’
SID A IDS de Yann Beauvais, 1992, 5’30’’
Broken Blossoms de Miles McKane, 1992, 6’
34, les ciels de Jean-Claude Mocik, 1993, 1’30’’
Gay Pride 94 de Sothean Nhieim, 1994, 26’
“ Icinéma ”, selon le beau terme inventé par Martine Garnier.


Programme 72, dimanche 25 juin (19h)
Un vent léger dans le feuillage de Martine Rousset, 1994, 3’
Bouquets 1-10 de Rose Lowder, 1995, 11’33" Jeunes lumières, Collectif, 1995, 60’
Trois propositions majeures sur les formes cinématographiques de la description.


Programme 73, dimanche 25 juin (21h30)
Dans le noir avec toi de Philippe Jacq, 1996, 11’
Ile de beauté de Ange Leccia & Dominique Gonzalez-Foerster, 1996, 70’
“ Les choses les plus belles au fond / Restent toujours en suspension ” Christophe


Programme 74, mercredi 28 juin (19h)
Tribologie de Yves Berthier et Jean-François Dalle, 1996, 11’
Je ne le répèterai pas de Jean-Michel Bouhours, 1996, 10’
Résistance(s) d'Olivier Fouchard, 1996, 8’
Mon père est mort de Boris du Boullay, 1996, 3’10 Fête des morts de Sothean Nhieim, 1996, 13’
Ombres khmères de Sothean Nhieim, 1996, 10’
Salins de Catherine Bareau, 1988sq, 25’
Tribologie, ou science des frottements. À défaut de saisir le réel, nous pouvons toujours le frôler.


Programme 75, mercredi 28 juin (21h30)
A Commercial Shooting de Miles McKane, 1997, 12’
Encre 08/02/97 de Marcelle Thirache, 1997, 4’
International American Pictures de Vivian Ostrovsky, 1997, 5’
Signes Song de Frédérique Devaux, 1998, 10’
Navy Blues de Miles McKane, 1998, 12’
Ciguri - Tarahumaras 98 - la danse du Peyotl de Raymonde Carasco, 1998, 42’


Programme 76, jeudi 29 juin (19h)
La vie intime/La vie souterraine/La vie à côté de Boris du Boullay, 1998, 7’
L’Œil sauvage de Johanna Vaude, 1998, 14’
Le Journal d’un chien de Gilles Touzeau, 1998, 10’
Minolta de Mirco Santi, 1998, 3’
Francesco Torres, rituel anniversaire de Philippe Jacq, 1998, durée variable environ 15’
Bande Amorce de Philippe Jacq, 1998, 15’
Entropie de Marc Plas, 1998, 10’
Les métaphores d'Alex de Stéphane Marti, 1998, 15’
Va te faire enculer de Yves-Marie Mahé, 1998, 10’
“ Pourquoi un chien ne peut-il simuler la douleur ? Est-il trop sincère ? ” Wittgenstein.


Programme 77, jeudi 29 juin (21h30)
Sombre de Philippe Grandrieux 1998, 110’
“ Surprise ! Le jeu est devenu brutal et vous êtes tout seul. ” Francis Conrad


Programme 78, vendredi 30 juin (19h)
Film pour miroir et lumière bleue de Catherine Bareau, 1998, 5’
Théâtre d'Isabelle Blanche, 1998, 3’
Boucle n°1 de Hugo Verlinde, 1998, 5’
Fête des morts II (Dhamma Reangsey), 1999, de Sothean Nhieim, 18’
Bri(n)s d'images de Frédérique Devaux, 1999, 5’
Il n’y rien de plus inutile qu’un organe d'Augustin Gimel, 1999, 9’
9 images d’un lion en mouvement d'Othello Vilgard, 1999, 7’
Totalité de Johanna Vaude, 1999, 6’
The Last Lost Shot de Cécile Fontaine, 1999, 8’
Two Pictures de Rose Lowder et Carl Brown, 1999, 10’
“ L’anthropologie est une branche expérimentale de la zoologie. ” Armand de Quatrefages.


Programme 79, vendredi 30 juin (21h30)
Opera Mundi de Nicolas Rey, 1999, 60’
Les motifs des Lumière mais pris dans une installation, les énumérations de Perec mais sans mode d’emploi, le monde mais sans totalisation possible et de ce fait, plus fidèle à lui-même.


Programme 80, samedi 1 juillet (19h)
December 1-31 de Jan Peters et Hélèna Villovitch, 1999, 97’
Le cinéma comme une grande antenne ultrasensible tournée vers la mort.


Programme 81, samedi 1 juillet (21h30)
Sortis d'usine de Hervé Le Roux, 1999, 32’
Autoportrait n°5 d'Olivier Fouchard, 1999, 5’
Bal de la Tournelle de Xavier Baert, 2000, 10’
Carmilla de Stéphane du Mesnildot, 2000, 27’
Esciué de Marico Valente, 2000, 9’
Chrysalides en explosion de Dominik Lange, 2000, 13’
Mon sang fuit, sauvage, et déborde (Passion XXI) de Gérard Courant, 2000, 10’ environ Dellamorte Dellamorte Dellamore de David Matarasso, 2000, 2’
Après la projection, demandez à voir le film : il y a bien plus de 24 images par photogramme.


Programme 82, dimanche 2 juillet (19h)
Hommage à Pierre Clémenti Visa de censure n°X de Pierre Clémenti, 1967, 55’
Le lit de la Vierge de Philippe Garrel, 1969, 100’
“ Désir de retrouver le chant des origines, images qui s'inscrivent jusqu'à nous comme un double et qui nous font signe. ” Pierre Clémenti.


Textes : Nicole Brenez
Programmation : Nicole Brenez, Christian Lebrat
“ Jeune, dure et pure ! ” : ©Suzanne et Maurice Lemaître
Nous remercions chaleureusement tous les artistes, historiens, institutions, conservateurs et ayants droit sans lesquels cette manifestation n’aurait pu avoir lieu.


Nicole Brenez, mai 2000.





Contact

La Cinémathèque Française
contact@cinemathequefrancaise.com



haut de page

------------

voir la page de Jeune Dure et Pure ! le livre
http://www.cinemathequefrancaise.com/htm/editions/jeunedurepure/index.asp