page éditée le 01/12/02
dernière mise à jour : le 01/12/02

> l'ébouillanté----> principales structures francophones

[english]

accueil---recherche---cinéastes---films---textes---entretiens---festivals---pratique---adresses ---liens


cineastes.net

Le traitement couleur
par l’Atelier MTK
L'ébouillanté #3
/déc 1995, Paris


télécharger en word (.rtf) :
traitement couleur



Les films cinéma négatif et positif sont destinés à être développés respectivement dans le procédé ECN-2 et ECP-2, traitements-types adapté aux machines de laboratoire à grande vitesse. Ces produits n'existent pas tout préparés; il faut les faire soi-même; les formules sont faciles à obtenir chez Kodak, service technique (1-40 0l 43 33) mais difficile à fabriquer car les formules sont chargées et certains produits ne sont vendus que par Kodak dans des conditionnements qui permettent la préparation de milliers de litres, c'est donc très cher. Alors… Le traitement pour les films photo négatif couleur appelé C-41 est compatible avec les films ciné négatif et positif. Évidemment, le résultat ne correspond pas aux caractéristiques sensitométriques tes plus performantes des films mais en jouant sur la température et la durée du révélateur chromogène il est possible d'obtenir des résultats tout à fait acceptables. Pour les premiers tests partir sur les données standard, ça marche. (révélateur chromo 37,8°: 3'15" / blanchiment 36-40°: 4'/ fix 36-40°: 4'). Il y a un problème: la plupart des films ciné comportent une couche antihalo (poudre de carbone noir sur la dorsale du film et non à l’intérieur de l’émulsion comme les films photographiques. Cette couche est prévue pour améliorer l’antihalo et favoriser le glissement de la pellicule dans les caméras. Dans les traitements préconisés, cette opération est faite avant le développement, pour le C-41 cette poudre peut parfois tomber dans le révélateur ou être éliminée en fin de traitement manuellement à l’aide d'une éponge et d'une peau de chamois humide. Il faut faire attention à ce que cette poudre ne se retrouve pas sur l'émulsion car il est quasi impossible de l’enlever après (notons aussi que les traces de cette dorsale, une fois le film sec peuvent parfois donner des matières intéressantes...) Les produits C-41 peuvent se trouver chez n’importe quel fournisseur de matériel photographique. Nous avons déjà communiqué l’adresse de FRPC qui fabrique des chimies moins cher que Kodak. MTK se fournit là-bas excepté pour le blanchiment que nous fabriquons nous mêmes.
Les films ciné Inversibles sont destinés à être traités dans le procédé VNF, RVNP ou encore EM26 pour les Ektachromes super 8. Il est aussi difficile que pour chimies négatives et positives de fabriquer des bains selon les formules. Donc on peut là aussi utiliser comme substitution le traitement E6. Les résultats ne sont pas toujours très équilibrés dans la balance couleur (magenta dans les hautes lumières et vert dans tes ombres). En théorie, en ajustant température et durée de traitement, on devrait améliorer ça. Nous n'avons pas encore essayé. Les films Ektachromes super 8, par contre ne posent pas de problèmes de balance couleur. En général pour tout les films ciné Ektachrome, la dorsale tombe dans le 1er révélateur ou le révélateur chromogène et apparemment cette poudre n’abime pas te bain. Le traitement E6 le plus pratique est fabriqué par Tetenal et comporte 3 bains principaux plus un stabilisant (composé de formol, pour la conservation des couleurs et d'un agent mouillant pour faciliter le séchage). Le Tetenal 3 bains se trouve chez Pro Phot en conditionnement de 0,5 à 15l (une notice à l’intérieur indique tous les temps et température; nous avons constaté qu'en traitement en spire avec une agitation constante, il fallait plutôt partir sur 5' au lieu de 6’15" pour le premier révélateur. On peut estimer pour du film 16mm un traitement qui coûte entre 2 et 3F le mètre. Ce qui est assez cher par rapport au prix que peut coûter un traitement noir et blanc lorsqu’on fabrique soi-même sa chimie. Mais pour ceux qui veulent une image positive couleur immédiatement c'est la seule solution.

Le Kodachrome ne peut pas être développé soi-même car le procédé (plus ou moins secret) est très difficile à mettre en oeuvre car il comporte plusieurs révélateurs chromogènes et une vingtaine d’étapes. Il est cependant possible de le traiter en n&b avec un révélateur classique, comme un négatif. Mais on peut avoir un problème pour le tirage positif n&b car le film comporte un masque orange (similaire au négatif couleur) parfois inactinique sur le positif n&b qui lui est sensible surtout dans le bleu.

En bref : c'est plus compliqué, mais tout se passe bien. Allez, bonne chance !


MTK





haut de page
------------