page éditée le 03/10/02
dernière mise à jour : le 03/10/02

> films------> principales structures francophones

[english]

accueil---recherche---structures---cinéastes---textes---entretiens---festivals---pratique---annuaire ---liens---go

cineastes.net

 

Le Cube
— performance —




Jérôme Noetinger, Lionel Marchetti : piano préparé, dispositif electroacoustique.
Christophe Cardoen : lumière.
Christophe Auger, Xavier Quérel, Etienne Caire, Gaëlle Rouard : lumière, projecteurs super 8 et 16mm.



Malgré les consignes extrêmement sévères édictées par les services de sécurité, il y a toujours quelqu'un qui oublie de fermer la porte du réacteur.

Le cube est à la fois sensible et malléable. Constitué d'éléments invisibles, turbulents et imprévisibles, il peut mettre en orbite des vibrations sonores et servir de support aux phénomènes lumineux. Les particules qui agitent ce spectre interviennent dans les transformations de ses substances, dans les modifications de la composition de ses éléments, sous l'influence, par exemple, de contraintes atmosphériques, où telle perturbation d'un petit élément ici, peut engendrer de grandes conséquences là-bas.

Ce dispositif permet aux faisceaux de particules de circuler à très haute vitesse, de croiser des formes ou des propriétés physiques différentes comme la dérive des continents. C'est une cuisine subtile qui met en oeuvre un grand et beau désordre.





Ce projet se situe entre l'installation et le concert. Un écran-cube de 10 mètres de côté et de 4 mètres de hauteur. Les cinéastes et musiciens sont à l'intérieur et n'en sortent pas. Le public a la liberté de circuler ou bien de s'arrêter devant une des faces.

Au niveau visuel, il s'agit d'un jeu sur la lumière, la projection, les ombres, l'image en mouvement où le Cube devient une sculpture très étonnante qui crée des mouvements de lumière insoupçonnés. Au niveau musical, il s'agit d'un jeu entre un cadre à piano avec différents corps sonores et tout un dispositif électroacoustique fait maison. L'ensemble est improvisé. Images et sons réagissent les uns aux autres tout en gardant leur indépendance. L'idée est de travailler sur une multitude de styles d'image (des sources et des matières très différentes) et de sons (sources acoustiques et électroniques et spatialisation sur plusieurs haut-parleurs), et de développer une improvisation entre les deux.

Le Cube se joue sur des durées assez longues de 6 à 12 heures en extérieur ou en intérieur, dans l'obscurité totale.





LE CUBE

1996
Festival Super8 de Tours
Festival Aye Eye, Nancy
International Symposium of Shadows, London

1997
Toulouse
Midi-Minuit au festival Bande-Image de bourges
Tulins
TAPAVU, grenoble

1998
12H-midi-minuit BORDEAUX
Musique Action, Vandoeuvre-les-Nancy.
De la tombée de la nuit au levé du jour, Festival de Saint-Gaudens.

1999
Wiesbaden
8h à Genève

2000
6h festival BBI Fribourg (Suisse)
6h nova cinéma Bruxelles (Belgique)
6h Grande Halle Grenoble

2001
6h Molodoï Strasbourg

2002
12h Musique Action Nancy
12h Montreal



Collectif Le Cube, Octobre 2002
.

 



Contacts

Atelier MTK

8 av. du Gal Leclerc
38950 St Martin Le Vinioux
France
tél : 04 76 17 11 98
fax : 04 76 17 06 93
mtk@club-internet.fr


Cellule d'intervention Metamkine
50 passage des ateliers
38140 Rives
France
tél : 04 76 65 27 73
fax : 04 76 65 27 ?
metamkine@compuserve.com

Ad Libitum
Le Moulin
38 210 Cras
France
libitum@wanadoo.fr



haut de page
------------
Autres pages sur le Cube

http://metamkine.free.fr/cube.htm

http://www.cineastes.net/films/cube.html


http://mandrakexpo.erreur404.org/manif/mtk.htm#cube


------------
Autres pages


MTK - labo artisanal, Grenoble

Ad Libitum -
labo artisanal, Cras

Mody Bleach - ciné-performance

Moule-Frite - ciné-performance

Metamkine, cellule d'intervention

Pellicula et Basta - 2ème rencontre des laboratoires artisanaux, Grenoble 2000