page éditée le 02/11/03
dernière mise à jour : le 02/11/03
----
> filmographies------> films

[english]

cineastes.net déménage : retrouvez cette page sur http://www.exprmntl.net
accueil---contact---recherche---structures---cinéastes---films---textes---entretiens---festivals---pratique---agenda---annuaire ---liens---go

cineastes.net

Riposte
d'Hélène Deschamps

2003


Paris, 1er mai 2002 : à l'aube, de la place Châtelet à celle de l'Opéra, défilent les militants du Front National.

J'y suis. Je regarde. Je filme. En super 8. Tentatives d'intimidation. Je poursuis, soutenue par Pierre, mon ami. Je les avait imaginés comme des monstres. Bien sûr, il y en a qui ont des gueules de facho - crâne rasé, blouson de cuir d'où déborde une agressivité mal contenue. Mais je découvre surtout que ce sont des gens normaux. Des gens bien mis. Des jeunes à la mode. Des familles endimanchées. Des couples à l'air épanoui.

Je filme image par image toute une bobine de trois minutes et le début d'une seconde. Des centaines de visages. De gens sages. Disciplinés. Bien rangés. Organisés. Je dois avoir une bonne centaine de portrait en marche.

Le lendemain, nous apportons la pellicule à développer au labo, et plus de dix jours après, nous allons la récupérer, elle est absolument noire.

Reste le début de la seconde, envoyée dans un autre labo (ce n'est pas la même sensibilité de pellicule). C'est tout ce qu'il nous reste de ces deux heures passées l'œil rivé à l'œilleton à regarder ce défilé jusqu'à la nausée.

Problème de défilement ? Problème d'impression ? Problème d'exposition ?

Nous ne le saurons jamais.

Mais ce que nous devons savoir, c'est que malgré le déferlement vibrant, massif des voix contradictoires, dans l'après-midi de ce même jour, le Front National est un danger qui persiste, grandit, scintille, impressionne, dérange et menace le déroulement de la vie. De notre vie. Et de nos films.



Hélène Deschamps, mai 2002.
(mise en ligne, novembre 2003)




haut de page

------------