page éditée le 28/08/02
dernière mise à jour : le 21/09/04

> principales structures francophones-----> autres structures francophones-----> structures non francophones

[english]

accueil---recherche---cinéastes---films---textes---entretiens---festivals---pratique---annuaire ---liens---go


cineastes.net

L'Abominable/Asnières sur Seine
— labo artisanal —

Origine de l'association
Le réseau "Ébouillanté"
Le fonctionnement de L'Abominable
L'accueil des nouveaux adhérents
Le travail dans le laboratoire
Les films produits avec le concours de L'Abominable
Liste des films
— Contact



Origine de l'association

Autour de 1992, les membres de la cellule d'intervention Metamkine créaient à Grenoble l'association MTK et mettaient en place un laboratoire artisanal de cinéma ouvert au public. Ils offraient la possibilité de développer et tirer soi-même ses propres films dans ce qui était en vérité leur propre atelier qu'ils mettaient à notre disposition. Devant le succès de cette initiative, l'Atelier MTK s'est rapidement retrouvé saturé de demandes. Ses responsables ont invité en Juillet 1995 l'ensemble des utilisateurs de ce laboratoire, venus de France et d'Europe, pour amorcer une réflexion autour de cette pratique et susciter d'autres initiatives, notamment la mise en place de nouveaux laboratoires artisanaux.



Le réseau "Ébouillanté"

Suite à cela, plusieurs associations ont ouvert un laboratoire artisanal :

Rue Gamma au Havre, Mire à Nantes, ZebraLab à Genève, Broq prod à Strasbourg, La Belle de Mai à Marseille ... et L'Abominable à Asnières

D'autres structures sont nées un peu plus tard :

Ad Libitum à Cras (Isère) Labométrique à Toulouse.. Braquage devenu Etna à Paris SuperOttoMonAmour à Torino

Et Super8 Lab à La Hague (Pays-Bas) a repris les activités de Studio Een qui existait depuis 1990.

Chacune de ces structures a un fonctionnement qui lui est propre. Certains effectuent les travaux pour le compte des cinéastes, d'autres restent attachés à l'idée du : "faites-le vous-même", suivant des modalités particulières à chacun. Certains sont techniquement très complets, d'autres beaucoup plus rudimentaires. Tout cela évolue.

Pendant un temps, une revue dénommée "Ébouillanté" circulait entre ces associations, pour se transmettre des informations techniques et connaître l'évolution des différentes associations. Sa nécessité a décru une fois la mise en place des uns et des autres établie.





Le fonctionnement de L'Abominable

Le fonctionnement du labo est analogue à celui d'un laboratoire photo amateur. Les anciens forment ceux qui débutent. Des cinéastes viennent avec leurs films Super 8 ou 16 mm déjà exposés. Ils s'initient aux techniques de développement et de tirage. Ayant effectué le travail eux-mêmes, ils ne paient que le prix des produits chimiques utilisés et un forfait modique correspondant à l'utilisation des machines (tirage, montage).

Techniquement, l'atelier permet le développement du super-8 et du 16mm, le tirage optique, le tirage contact, le montage et les différents travaux de report son. L'essentiel du matériel a été récupéré ou acheté pour un prix dérisoire.

Depuis son ouverture en Septembre 96, uniquement par le bouche-à-oreille, notre laboratoire a accueilli plus de 150 adhérents, venus parfois de province ou de l'étranger. Pour éviter la congestion et permettre à la fois aux membres de pouvoir venir travailler et à ceux qui les aident de trouver le temps de le faire bénévolement, le nombre de nouveaux membres est limité: actuellement huit tous les trois mois soit une trentaine par an.




L'accueil des nouveaux adhérents

Une fois tous les deux ou trois mois, le laboratoire accueille donc jusqu'à huit nouveaux adhérents. En une journée, ils ont un aperçu de tous les outils du laboratoire (mode d'emploi des appareils) mais aussi du fonctionnement de cet atelier collectif (réservation, maintenance, responsabilité par rapport à l'utilisation des différents produits et appareils mis à disposition). Cette formation est gratuite : il leur est simplement demandé d'adhérer à l'Association (30 euros pour un an).




Le travail dans le laboratoire

Un planning permet la réservation de journées de travail dans le laboratoire. Suivant leurs connaissances et le type de travaux qu'ils souhaitent effectuer, les utilisateurs sont formés pendant une durée variable (entre quelques heures et quelques jours) par les plus expérimentés. Ils sont ensuite autonomes et travaillent seuls au labo, comme "en résidence". Le laboratoire a été conçu pour que chacun des membres, après avoir eu connaissance des principes techniques de base, explorent le médium par eux-mêmes.

Financièrement, les utilisateurs acquittent une redevance quotidienne (3 euros) et payent ensuite leurs travaux à prix plancher (exemples de tarifs actuels: développement Super 8: 0,15 eur/m; 16 mm: 0,25 eur/m; utilisation de la tireuse optique : 2,50 eur/h). Ces tarifs s'appliquent à ceux qui travaillent en autoproduction et sont calculés pour couvrir les frais de base de l'atelier : loyer, électricité, eau, chimie.

Dans les cas (rares) de ceux qui parviennent à trouver des financements pour des travaux qui nécessitent un outil comme L'Abominable, un certain montant est facturé pour l'assistance technique qui leur est fournie. Dans l'absolu, nous souhaiterions que ce travail d'assistance soit reconnu par les institutions et puisse être rémunéré sur des fonds publics, mais nous ne voulons pas en faire porter la charge à ceux qui financent leurs films de leur poche.

D'autre part, pour soutenir la structure et faire partager cette pratique, L'Abominable organise :

- des Ateliers de pratique cinématographique à destination de jeunes publics, pendant le temps scolaire ou les vacances.

- des Rencontres avec d'autres structures de production et de diffusion, comme "Mire à Paris" en 1998.





Les films produits avec le concours de L'Abominable

Bien que ne mettions aucune barrière esthétique aux projets de films que peuvent entreprendre les cinéastes avec cet outil, on constate que la plupart des films passant par L'Abominable ressortent du champ de l'expérimental ou sont conçus pour être utilisés dans des installations. C'est l'effet de plusieurs facteurs :

- la notoriété du l'abo s'est d'abord développée dans le milieu du cinéma expérimental. - l'outil n'est pas très adapté à des films en son synchrone et/ou avec un métrage important.

- pourquoi passer beaucoup de temps à développer les films soi-même quand on fait des films narratifs qui peuvent recevoir des financements permettant de payer un labo professionnel ?

- de manière plus générale, travailler la pellicule dans des conditions artisanales n'est pas un geste anodin et celui dont le souci premier est le découpage et le jeu des acteurs n'aura pas forcément la volonté de s'y consacrer.

Quantitativement parlant, une douzaine de films par an sont créés avec cet outil. La plupart sont ensuite mis en distribution dans les coopératives du cinéma expérimental.

> Voir la liste des films en pdf



L'Abominable, août 2002.





En 1997 : 1100 m de Super 8 et 4600 m de 16mm développés à l'Abominable.
En 1998 : 1300 m de Super 8 et 7000 m de 16mm développés à l'Abominable.
En 1999 : 1200 m de Super 8 et 4500 m de 16mm développés à l'Abominable.
En 2000 : 1300 m de Super 8 et 4600 m de 16mm développés à l'Abominable.
En 2001 : 1800 m de Super 8 et 3500 m de 16mm développés à l'Abominable.






Contact

L'Abominable
30 rue Bernard Jugault
92600 Asnières sur Seine
France

tél : 01 47 91 07 66
mail: l.abo@wanadoo.fr

http://perso.wanadoo.fr/l.abo

 


haut de page
------------
Autres pages sur l'Abominable


Liste des films ayant bénéficié du soutien technique de L'Abominable disponible sur le site du l'abo

L'Abominable appartient au résau TSA (Tiers Secteur Audiovisuel)
www.reseautsa.org/html/navigation/Frame1.html
http://www.reseautsa.org/html/structures/l'abo.html