page éditée le 31/10/02
dernière mise à jour : le 02/11/02

> principales structures francophones-----> autres structures francophones-----> structures non francophones

[english]

accueil---recherche---cinéastes---films---textes---entretiens---festivals---pratique---annuaire ---liens---go

cineastes.net

Lightcone/Paris
— distributeur —

intro
Un lieu d'accès aux œuvres
Un lieu de mémoire pour le cinéma expérimental
La diffusion : Scratch Projection
Conception de cycles et coproduction d'événements
Accueil de chercheurs, conseil et documentation
Catalogue et Preview show
Éditions
Équipe de Light Cone
Contact



Créée en 1982 par Yann Beauvais et Miles McKane, Light Cone est une association dont le but est la distribution, la promotion et la sauvegarde du cinéma expérimental en France et à l'étranger.

Sa vocation première est d'offrir la possibilité de louer des films expérimentaux à différentes structures culturelles de diffusion telles qu'associations, cinémas, musées, universités, galeries et festivals. Afin d'assurer cette mission, Light Cone s'est constituée en coopérative de cinéastes garantissant aux auteurs la propriété des supports comme des droits des œuvres déposées en vue d'une distribution.

L'association, riche d'une collection de 2000 films, prend également en charge la diffusion de ce cinéma par le biais de projections hebdomadaires à Paris, de publications et de coproductions de cycles.
 
 

Un lieu d'accès aux œuvres

 

Promouvoir le cinéma expérimental, c'est donc avant tout rendre accessibles les œuvres de ce cinéma "oublié". Light Cone a donc dû constituer un fond qui représente, par son volume et son exhaustivité, une des plus précieuses et importantes collections de films expérimentaux existant en Europe.

À ce jour Light Cone distribue plus de 2000 films (copies Super-8, 35 mm et surtout 16 mm, ainsi que vidéos et de l'expanded cinema) réalisés de 1905 à nos jours par plus de 350 cinéastes. La collection, composée à 90 % par des "courts-métrages", comporte entre autres de nombreux films rares et réunit souvent l'œuvre cinématographique complète d'artistes importants du XXe siècle. Cet ensemble de films permet d'envisager une histoire du cinéma " parallèle " selon différents points de vue (chronologiques ou génériques) :

• Un ensemble important de films des années vingt-trente, production filmique des avant-gardes de l'entre-deux-guerre (Adrian Brunel, Jean Cocteau, Marcel Duchamp, Germaine Dulac, Oskar Fischinger, Fernand Léger, Len Lye, Laszlo Moholy-Nagy, Hans Richter, Walter Ruttman, Paul Schuitema, Henri Storck…).

• Un échantillon de la production filmique des avant-gardes d'après-guerre (Lettrisme d'Isidore Isou et Maurice Lemaître, Maya Deren, Jean Genet, James et John Whitney…).

• Un collection conséquente, réunie ces dix dernières années, de Films d'artistes, avec une forte représentation des années soixante et soixante-dix (Patrick Bokanowski, Christian Boltanski, Daniel Buren, Paolo Gioli, Gordon Matta-Clark, José Antonio Sistiaga, Nancy Holt, Robert Smithson, Unglee, Richard Serra…).

• Des œuvres relevant du Journal filmé (Jonas Mekas, Jerome Hill, Jakobois, Jan Peters…), genre prolifique à l'intérieur du cinéma expérimental.

• Une ébauche d'Histoire du cinéma gay et lesbien (Barbara Hammer, Jack Smith, James Watson & Melville Webber…).

• Du cinéma dit de Found-footage, montage d'images récupérées et détournées de leur contexte (Adrian Brunel, Henri Storck, Jürgen Reble…) ou qui relèvent des pratiques de l'échantillonage (Martin Arnold, Matthias Müller, Cane Capovolto…).

• Des essais filmiques relevant du Film structurel ou abstrait (Hy Hirsh, Peter Kubelka, Paul Sharits, Michael Snow…).

• Des artistes travaillant directement sur le support cinématographique (Stan Brakhage, Len Lye, Cécile Fontaine, Carl Brown, Jürgen Reble…).

• L'ensemble des pratiques relevant de l'Expanded Cinema (Cinéma élargi) : installations, multi-écrans, performances… et toute autre manière d'exposer ou d'appréhender le cinéma expérimental.

• Des films évoquant un Cinéma du corps et l'art de la performance (Kurt Kren, Maria Klonaris & Katerina Thomadaki, Carolee Schneemann, Valie Export…).


La collection de Light Cone reflète l'éclectisme des pratiques et des approches employées par les cinéastes expérimentaux eux-mêmes. Le parti pris adopté ayant été dès l'origine de ne pas se constituer en défenseurs d'un courant ou d'une école cinématographique.

Cette conception ouverte de l'histoire du 7e art n'exclut aucune époque ni aucun style relevant du spectre du cinéma expérimental. De la même façon, Light Cone a fait le choix de ne pas privilégier la diffusion d'une cinématographie expérimentale " nationale ". Ainsi, les cinéastes de la collection proviennent de plusieurs aires géographiques, essentiellement nord-américaine, germanophone ou francophone, qui sont par ailleurs les principaux foyers de production.

Mais il ne faut pas oublier que l'objectif principal poursuivit par Light Cone est de favoriser la diffusion du cinéma expérimental dans le plus grand nombre de lieux possibles. Ce qui conduit Light Cone à une forte ouverture sur l'international et à une présence marquée dans les festivals.

La circulation des copies est également facilitée par une politique tarifaire très différente de celle des circuits commerciaux et des impératifs raisonnables quant aux garanties exigées pour la location. Cette politique permet aux petites structures comme les associations, les écoles ou les associations universitaires, d'accéder à des œuvres relevant en théorie du champ des cinémathèques ou des fonctions patrimoniales du Musée national d'art moderne.
 
 



Un lieu de mémoire pour le cinéma expérimental
 

Au fil des ans, Light Cone a développé les assises du cinéma expérimental en proposant des classiques.
Ainsi les années vingt et trente représentent 6 % du nombre total des films et un tiers de la collection peut être qualifiée d'historique (période antérieure à 1978 qui recouvre aussi bien l'expressionnisme, le constructivisme, le surréalisme que le lettrisme, le film structurel et le New American Cinema).

Ces données, concernant la composition historique de la collection, mettent en lumière les fonctions patrimoniales assumées par Light Cone.

L'association développe un travail permanent de sauvegarde des copies. Cette mission de conservation se double d'un travail de repérage et de recherche de films perdus, oubliés ou simplement indisponibles ; travail rendu possible par la maîtrise des réseaux comme des enjeux critiques, esthétiques et institutionnels du cinéma expérimental. Ces œuvres sont généralement "dénichées" par Light Cone en vue de leur intégration dans le catalogue mais aussi dans un soucis de sauvegarde du patrimoine filmique.

Les causes de cet "élargissement" de vocation sont multiples et variées, mais demeurent liées aux conditions historiques et critiques ayant marqué les milieux cinématographiques français ces trente dernières années. Si Light Cone est amené à développer tour à tour une mission de conservation et de restauration, c'est non seulement en raison de la nature de son projet mais aussi des lacunes - toujours actuelles, bien qu'en voie de changement - des instances censées assurer la promotion de tout le cinéma et donc, accessoirement, du cinéma expérimental
 
 



La diffusion : Scratch Projection 

 
L'activité de promotion du cinéma expérimental trouve pour Light Cone un outil privilégié avec Scratch Projection. Scratch est une activité complémentaire créée en 1983. Émanation de Light Cone, elle joue la carte de la complémentarité au niveau de la diffusion.

Cette entité de diffusion du cinéma expérimental favorise l'exploration de l'histoire du cinéma et la visibilité des travaux de jeunes artistes par le biais de projections hebdomadaires à Paris. N'ayant jamais eu de lieu fixe de diffusion, Scratch a toujours pratiqué le nomadisme au sein de Paris, favorisant ainsi les rencontres et les mélanges de publics. Au fil des ans, Scratch a diffusé ses programmes à l'entrepôt, au café de la danse, à Audioprodif, à la salle de la rue d'Ulm. Depuis 1999, les séances sont accueillies par le cinéma du centre Wallonie Bruxelles, 46 rue de Quincampoix. C'est Yann Beauvais qui en assume la programmation en proposant des séances monographiques ou thématiques et des cartes blanches. Les séances thématiques sont l'occasion de confronter des œuvres de cinéastes qui n'appartiennent pas forcément à la même génération mais qui partagent néanmoins des préoccupations artistiques communes. C'est aussi un lieu d'échanges et de questionnement de l'histoire esthétique et sociale du cinéma.

Lors des séances monographiques, Scratch accueille des artistes, des critiques ou des programmateurs français et étrangers et les invite à présenter leur travail. Ses séances permettent aussi de proposer des lectures exploratoires - de thèmes ou de tendances - et de relier la programmation à des événements culturels locaux.

Scratch comble le manque évident d'un travail régulier et ouvert à la scène contemporaine de cinématographie expérimentale. Malgré l'existence d'une diffusion institutionnelle - Forum des images, Musée national d'art moderne et récemment l'Auditorium du Louvre - aucune structure ne réalise un travail en profondeur et d'actualité sur le cinéma d'artiste et expérimental. En prenant délibérément une voie internationale et ouverte, Scratch a fait le choix de refonder une approche du cinéma qui aujourd'hui est devenue une référence mondiale pour la qualité de son travail, sa régularité, son originalité.

Les séances de Scratch agissent comme un véritable laboratoire permettant de générer de nouvelles programmations, fréquemment reprises ultérieurement par d'autres programmateurs. Scratch est ainsi devenu le rouage d'une diffusion du cinéma expérimental qui prend de plus en plus forme en France et au-delà. De nombreux programmateurs y trouvent une référence et de nombreuses collaborations se sont faites. Celle avec le Centre Georges Pompidou et en particulier le Musée national d'art moderne avec Le je filmé dans le cadre du centenaire du cinéma et Mots, dites : images. Ou encore la Cinémathèque française avec Musique-film dans le cadre de son cinquantenaire, Le cinéma expérimental américain (1905 - 1980) dans la collection du Museum of Modern Art de New York ainsi qu'un cycle sur le cinéma des plasticiens.

Ces partenariats donnent généralement lieu à des publications co-éditées. De même, il y a eu à la Zonméée de Montreuil, l'organisation de Défilé de film, exposition d'installations cinématographiques. A l'étranger, l'existence de liens étroits avec l'Anthology Film Archive de New York s'est concrétisée avec une carte blanche offerte à Jonas Mekas sur quatre programmes. Mais il ne faut pas oublier de tenir compte des nombreuses structures en France et en Europe qui ont profité de la venue d'artistes et de films. On notera à titre d'exemple, XHX à Marseille, la Fédération Hiéro de Colmar, ou encore Link en Italie qui a mis en place un travail de diffusion sur plusieurs villes en ses référant explicitement au travail de Yann Beauvais et de Scratch Projection.
 
 


Conception de cycles et coproduction d'événements 
 

Certaines structures (instituts français, associations, cinémas, festivals) font appel à Light Cone pour des cartes blanches. D'autres institutions (musées, cinémathèques, universités) développent des collaborations régulières avec Light Cone afin de consolider la présence du cinéma expérimental dans le paysage culturel et éducatif français ainsi que dans les expositions d'art contemporain. La conception de cycles s'accompagne la plupart du temps d'un apport scientifique des membres de Light Cone : contribution aux publications, présentation de conférences, cours ou séances, etc. Un des objectifs de l'association reste en effet de conférer une légitimité culturelle, encore largement déniée, au cinéma expérimental.

De telles collaborations permettent de favoriser les passages entre disciplines, de montrer les liens existant entre cette forme de création cinématographique et les autres formes de l'art moderne et contemporain. C'est aussi un moyen de multiplier les médiations et de toucher de nouveaux publics.

Voici une liste non-exhaustive de quelques unes de ces manifestations les plus récentes :

• Monter/sampler. Musée National d'art moderne - Centre Georges-Pompidou. Nov.-déc 2000.
Manifestation sur le sampling cinématographique incluant films, concerts et la publication d'un ouvrage.

• L'Apocalypse. Auditorium du Louvre. Janv.2000
Deux jous sur le thème de l'apocalypse à travers le cinéma expérimental.

• Cours/projections à l'Université de Jérusalem. Avril 1999.
Une semaine de cours et de programmes conçus par yann beauvais, invité par l'Université de Jérusalem.

• Cinéma expérimental français. Tournée japonaise. Nov-déc. 1998.
Invité par Image Forum et relayé par diverses écoles et universités japonaises ainsi que des centres culturels français, Yann Beauvais a présenté cette série de conférence sur trois semaines.

• Arte cinema. Centre cultural, Banco de Brazil, Rio de Janeiro. Déc. 1997.
Rétrospéctive concue en collaboration avec Light Cone sur l'expérimentation cinématographique dans l'art contemporain. Cette manifestation a été élue meilleure exposition d'art 1997 par les critiques d'art au Brésil.

• Cinéma expérimental en France depuis 1945. Festival de Stuggart. Nov-déc. 1997.
Rétrospective durant le festival réalisé grâce aux conseils et à la collection de Light Cone.

• The modernist Vision. Sixpack, Vienne. Nov. 1996.
Manifestation organisée par la coopérative autrichienne de distribution du cinéma expérimental " Sixpack " sur la question des rapports du modernisme au cinéma.

• La couleur au cinéma. Auditorium du Louvre. Sept-oct 1995.
Conception tripartite (Louvre, Cinémathèque, Light Cone) de deux journées intitulées " Poétique de la couleur " qui présentaient un panorama historique (80 films) des œuvres expérimentales concernées par cette question.

• Le je filmé. Musée National d'art moderne - Centre Georges-Pompidou. Nov.-déc 1995.
Cycle et catalogue sur le thème du journal filmé depuis le début du cinéma en 1895.

• Cycle found-footage. Galerie Nationale du Jeu de Paume. Juin-juillet 1995.
Programmation de Yann Beauvais sur le thème du film fait de récupération accompagnée d'une publication.

• Cours/projections, ouvertes au public, à l'Université d'Aix-en-Provence. Mars 1995.
Ces séances furent l'occasion pour Nicole Brenez d'inviter Light Cone à présenter des programmes qu'ils avaient conçus autour de l'animation expérimentale et de la question " qu'est-ce qu'un film ? ".

• Una revisión del cine experimental. Centre culturel français de Bilbao. Nov-déc 1994.
Programmation d'une longue série de séances, pendant six semaines, retraçant l'histoire du cinéma expérimental à travers la collection de Light Cone. Plus de 250 films accompagnés de sept soirées thématiques animées par des spécialistes (Catherine David, Miles McKane, Nicole Brenez, Michel Journiac, Williem DeGreff, Yann Beauvais…). 

• Présence régulière dans un certain nombre de festivals et d'événements: Viper, Impakt, Oberhausen, Osnabrück, Festival de films de Jérusalem, Netmage, Mix Move, etc. De nombreuses cartes blanches dans toute la France.  
 
 


Accueil de chercheurs, conseil et documentation
 
> Classiques de l'avant-garde - Cinéma Expérimental - Films d'artistes - Performances - Installations Cinéma

Présentation
 
Consacré au cinéma expérimental et aux films d'artistes, le Centre de documentation Light Cone/Afea est ouvert aux étudiants, aux chercheurs, aux enseignants, aux artistes et aux responsables culturels qui mènent un travail de diffusion ou de recherche dans le champ de la création artistique.

Son objectif est de favoriser l'action culturelle et le travail critique autour du cinéma d'artistes, d'avant-garde ou expérimental dans la continuité des actions menées depuis vingt ans par Light Cone.

Le Centre de documentation offre un ensemble exceptionnel de documents et de films en consultation sur les classiques de l'avant-garde comme sur les pratiques filmiques contemporaines. Il intègre depuis 1999 la collection des Archives du Film Expérimental d'Avignon (Afea).
 

Le Centre de documentation Light Cone/Afea, c'est :

• Une collection de films d'artistes et expérimentaux en consultation (plus de 1000 titres) avec des evres issues des avant-gardes historiques comme des mouvements d'après-guerre et des travaux contemporains.
• Un fond d'ouvrages, de périodiques et de documents graphiques et sonores sur le cinéma d'avant-garde et expérimental souvent rares ou épuisés : édition anglo-saxonne, catalogues de manifestations, périodiques des années 30, 50 et 70…
• Des dossiers documentaires sur les artistes et les structures de diffusion du film d'artistes et expérimental.
• Une photothèque accessible aux critiques et aux programmateurs.
• Des informations sur les séances et les festivals et, plus largement, sur l'actualité internationale du film d'artistes et expérimental.    


Conditions d'accès

Accès sur rendez-vous à :
Light Cone
12 rue des Vignoles
75020 Paris / France
Métro : Avron (ligne 2) ou Buzenval (ligne 9)
Consultation les mercredi et jeudi de 10h à 18h

La consultation des films et des documents a lieu dans les locaux de Light Cone et dans la limite des places disponibles.
Les films et les documents sont exclus du prêt.
   
Tarifs 2002

Adhésion annuelle :

• Pour les artistes, étudiants, chercheurs, enseignants et particuliers: 15€.
• Pour les associations, les musées, les festivals, les cinémathèques, les médias, les cinémas, les fondations, les centres d'art ou les galeries: 23 € (adhésion valable pour deux personnes ).

Conditions d'accès préférentielles pour les chercheurs associés (renseignements à la demande)
   





Catalogue et Preview show
 

Deux activités sont régulièrement menées par Light Cone pour favoriser la distribution des films : la conception tous les deux ans d'un catalogue, dorénavant disponible sur ce site et l'organisation annuelle des Preview Show.

Le catalogue est aujourd'hui considéré comme un outil de travail indispensable par l'ensemble des programmateurs français et européens. Outre les illustrations et les renseignements techniques concernant les films, on y trouve un court texte par œuvre : citations, approches critiques, textes de l'auteur, etc. Il s'agit de retrouver dans ce document toutes les caractéristiques rigoureusement encyclopédiques du fonds.

Le cinéma expérimental demeurant d'autre part un cinéma méconnu, le catalogue s'apparente pour nombre de programmateurs à une mappemonde, permettant de défricher le terrain. Il agit comme outil de vulgarisation et de promotion, seul susceptible d'encourager les demandes.

Les Preview Show sont trois à quatre journées de projection organisées chaque année à l'intention des programmateurs. Elles ont lieu au début du mois de septembre. Elles réunissent annuellement une centaine de professionnels du cinéma expérimental qui se répartissent en trois grandes catégories :
• Programmateurs issus de structures associatives.
• Chargés d'exposition, directeurs de festivals ou institutionnels
• Chercheurs, critiques ou universitaires.

Il s'agit de montrer les derniers dépôts de Light Cone et de permettre aux responsables de structures de préparer leur saison. Au-delà, ces journées sont un rendez-vous annuel pour les professionnels du cinéma expérimental. Les Preview sont l'une des seules occasions de confronter projets et expériences alors que se dessine peu à peu des possibilités de mise en réseau. Pour toute information ou demande de participation, contacter Light Cone en mai/juin.
 
 


Éditions
 
Light Cone et Scratch publient régulièrement à l'occasion de coproductions de manifestations des ouvrages spécialisés sur le cinéma expérimental.

Parution en novembre 2000 - à l'occasion de la manifestation Monter/Sampler, du montage cinématographique au sampling musical - d'un ouvrage de 160 pages sous la direction de Jean-Michel Bouhours et yann beauvais (Editions du Centre Georges Pompidou et Scratch Projections).

En septembre 1999, Light cone a édité un livre consacré aux quinze premières années de Scratch. Ce livre de 416 pages, fort de 500 illustrations, rend compte du chemin parcouru en laissant la parole aux personnes clefs - artistes, programmateurs, critiques, conservateurs - invités à apporter leur contribution sous forme de témoignage, par une approche théorique, ou en s'exprimant sur leur travail. Il est possible de commander le Scratch Book au tarif de 250 F + 30 F de port. Votre réglement doit être à l'ordre de Light Cone et retrourné à Light Cone 12 rue des vignoles 75020 Paris.
 
 
 

Équipe de Light Cone
 

> Conseil d'administration


Bureau :
• yann beauvais, Président (co-fondateur de Light Cone et Scratch, Paris)
• Jean-Damien collin, Trésorier
• Vivian Ostrovsky, Secrétaire

Membres :
• Jennifer Burford (Cinéaste)
• Marcelle Thirache (Cinéaste)
• Martine Rousset (Cinéaste)
• Jean-Michel Bouhours (Cinéaste, Conservateur cinéma au Musée • National d'Art Moderne, Paris)
• Christophe Girard (Chairman de l'American center, Paris/New York)
• Frédérique Devaux (critique et universitaire à Paris VII)


> Équipe Permanente

• Sophie Laurent
Administratrice de la structure depuis février 2002, elle est chargée de la communication et prend en charge les relations avec les cinéastes.
• Christophe Bichon
Spécialisé dans la sauvegarde du patrimoine cinématographique (formation Archimedia),
Christophe Bichon est chargé de la gestion de la collection et des missions patrimoniales à Light Cone depuis 1999.
• François Rabet
Responsable de la collection aux côtés de Christophe Bichon, François Rabet s'occupe également de la documentation et de la vidéo et gère la logistique du transport des copies. Titulaire d'une maîtrise d'Arts Plastiques, il suit actuellement un DEA.
• Claire Gausse
Elle assume la communication de Light Cone et des Scratch Projections et est chargée du développement de l'information ainsi que de la gestion du Centre de documentation. Elle prend également en charge les relations avec les diffuseurs


> Ancienne Équipe

• Miles McKane
Cinéaste et plasticien, il est co-fondateur de Light Cone et fût directeur de la structure de 1991 à 2001. Il en assumait la direction et les relations avec les cinéastes et les diffuseurs.
Jean-Damien Collin
Responsable culturel, Jean-Damien Collin fût chargé du développement de 1998 à 2002 à Light Cone et fait du conseil en programmation au Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg.
• Loïc Diaz Ronda
Responsable culturel, Loïc Diaz Ronda fût chargé du développement de l'information à Light Cone de 1999 à 2002 et assumait la gestion du Centre de documentation.
• Christophe Bichon
Actuellement en poste
• Géraldine Tubéry
Historienne de l'art, elle assumait de 1999 à 2002 la communication de Light Cone et des Scratch Projections et organisait régulièrement des micro-événements (conférence, débats, projections).



 

 
Lightcone, Novembre 2002     









Contact

Lightcone
12 rue des Vignoles
75020 Paris
France

Tél : 33 (0)1 46 59 01 53
Fax : 33 (0)1 46 59 03 12
lightcone@lightcone.org

accueil : http://fmp.lightcone.org:8000/lightcone/default.html
recherche catalogue : http://fmp.lightcone.org:8000/lightcone/index_catalogue.html

Contact : Cristophe Bichon

Light Cone est ouvert du lundi au vendredi de 10h à 18h.

 


haut de page
------------