page éditée le 02/11/02
dernière mise à jour : le 02/11/02

> principales structures francophones-----> autres structures francophones-----> structures non francophone

[english]

accueil---recherche---cinéastes---films---textes---entretiens---festivals---pratique---annuaire ---liens---go

cineastes.net

 

Spoutnik/Genève, Suisse
— programmation —


 
Situation et directions cinématographiques

 Le but du collectif Spoutnik est de montrer des films se situant en dehors ou à la frontière des réseaux traditionnels de commercialisation, tant par leurs spécificités esthétiques et politiques, que par leurs formats (Super-8, 16mm, 35mm, et vidéo) et leurs durées (courts, moyens et très longs métrages).

Nous essayons de mettre en place une politique de programmation qui permette à long terme d'approfondir le lien entre spectateur, création cinématographique et réseaux de programmation parallèle. 



La programmation

 En offrant aux cinéastes, qu'ils soient en "marge" ou non, du passé comme du présent, un espace d'expression privilégié, nous promouvons un cinéma dans tous ses états :
documentaire - fiction -expérimental - film d'animation - travaux d'étudiants - premières oeuvres - films de maîtres décédés et vivants - production locale.... 



Nos spécificités dans le paysage des salles de cinéma

 Notre volonté de passer des films qui se situent en dehors de l'exploitation traditionnelle définit déjà notre place avec une grande latitude de libertés : à côté des films montés en épingle par les médias ou les box offices, le choix est d'autant plus vaste que l'accès aux copies devient difficile. Ceci en raison d'une distribution manquante (le cas du réalisateur qui distribue son propre film), d'une jungle d'ayants droits, ou tout simplement provoqué par un désintérêt injustifié. Nous faisons venir des films de l'étranger et présentons des cycles que pour des raisons de contraintes financières aucune autre salle ne pourrait faire. Nous invitons chaque fois que cela est possible le ou la cinéaste, les techniciens et les acteurs dont les films sont diffusés, afin d'offrir au public la possibilité d'un échange avec ceux-ci sous forme de débats, de discussions. Et de par là même de développer ce lieu comme un espace critique et de réflexion sur le cinéma et ses enjeux (artistiques, politiques, économiques).

Une autre spécificité importante est l'organisation de projections dans des endroits insolites tels qu'une piscine, un accélérateur de particules ou une démolition de voitures.

A travers ce déracinement du rituel de projection, nous cherchons à joindre organiquement film et contexte, en pensant l'un par rapport à l'autre (ex: "Les habitants" de Alex Van Warmerdam projeté directement dans des lieux d'habitations privés ou semi-publics). Et aussi: mise en place d'un Ecran libre (séance durant laquelle chacun peut amener ses films pour une projection en public), de projections en plein air (gratuites). Notre structure de travail est relativement unique (collectif) ce qui de fait représente déjà une spécificité non négligeable.

Nous répondons aux attentes d'un public - ou plus précisément de plusieurs publics - qui sont intéressés soit par une thématique particulière, soit par le visionnement de films rarement montrés ou encore par un cadre de projection exceptionnel tel que les projections " en orbite " (qui attirent généralement beaucoup de monde?). Dans ce contexte de profusion culturelle énorme pour une ville de la taille de Genève, nous travaillons donc dans le sens d'une complémentarité qui se définit par nos coups de coeur pour certains films et par le travail de coordination que nous menons avec les autre acteurs du paysage cinématographique.
 



Structure et fonctionnement


 La base du cinéma Spoutnik se situe dans le fonctionnement collectif des 20 membres actifs actuels. Deux d'entre eux se chargent à travers un mi-temps payé d'assurer le suivi administratif et le bon déroulement des programmations. Les autres membres sont défrayés pour la caisse et la projection. Nous discutons et décidons en collectif de la gestion de la salle: choix des programmations prospection, fonctionnement et gestion, collaborations internes et externes à l'Usine... Cette structure non hiérarchisée permet une souplesse et une curiosité que nous utilisons à travers la prospection dans les festivals et les divers contacts que nous menons dans toute la branche cinématographique.  



Situation géographique

 Le cinéma SPOUTNIK forme, avec LE THEATRE DE l'USINE, la galerie d'art contemporain FORDE, l'espace polyvalent ZOO et les salles de concert du KABARET et de POST TENEBRAS ROCK: l'ossature d'un gigantesque "navire", L'USINE, dont l'association fa?ère L'USINE assure la coordination. Cet ensemble d'associations se trouve dans une ancienne usine de dégrossissage d'or, située juste à côté du Rhône. 



Historique

 Le collectif SPOUTNIK s'est formé fin des années 80 autour d'un noyau de personnes désirant proposer au public des films différents, inconnus, ignorés... invisibles. SPOUTNIK, faisant déjà partie d'ETAT D'URGENCES , n'avait alors pas de salle fixe excepté la cave à l'époque de la villa FIASKO. Les membres d'ETAT D'URGENCE descendaient d'orbite le temps d'une programmation accueillie, souvent, dans des lieux différents. Quand en 1989, l'association ETAT D'URGENCES revendiqua un lieu et obtint l'Ancienne Usine de dégrossissage d'or, il fut décidé d'y installer une salle de cinéma.

Le groupe de départ, après cette première période en orbite se retrouva épuisé et dispersé par d'autres intérêts, le relais fut pris par une autre équipe qui se constitua alors, termina le chantier de la salle et développa le fonctionnement actuel. Le collectif fonctionnait au début uniquement par le bénévolat et les versements mensuels d'ETAT D'URGENCES (maintenant l'association L'USINE). SPOUTNIK, avec le THEATRE DE L'USINE et la galerie APHONE (maintenant l'espace FORDE) décidèrent de se regrouper pour une demande de subvention à la ville de Genève. L'octroi depuis janvier 1992 de cette subvention permet au cinéma de rémunérer à mi-temps deux permanents qui assurent le travail administratif et le suivi des programmations pour une meilleure régularité et un plus grand confort de travail. L'année 1998 marque un tournant dans l'histoire de l'USINE, puisque les travaux souhaités de longue date par les différents utilisateurs ont pu se réaliser. Le but de ces travaux était, entre autres, d'améliorer les différents espaces pour permettre une utilisation des lieux conforme aux voeux de programmation des différents groupes. Depuis lors, le SPOUTNIK propose une programmation au rythme soutenu: le nombre de projections mensuelles sont passées d'une quinzaine à une exploitation quotidienne. Les aménagements efféctués nous permettent d'accueillir le public dans des conditions originales et optimales (exellente qualité de projection au niveau sonore et optique, salle chauffée, confort, autonomie?).  



Des chiffres

 Les spectateurs peuvent devenir membres (500 actuellement) pour un montant de 20 francs par année, et ainsi recevoir chaque mois les informations détaillées de la programmation et bénéficier d'une réduction à l'entrée. Tarif normal: 10.- / tarif membre, carte AVS - chômage: 6.-. Tarifs qui sont parmi les plus bas de Genève.

Il est important de donner la possibilité au spectateur de satisfaire sa curiosité tout en lui permettant de prendre le "risque" financier d'aller voir un cinéma différent.

Depuis 1989, plus de 850 films ont été projetés (voir les archives) et plus d'une cinquantaine de personnes de tous horizons ont été invités. Moyenne de spectateurs par séance: 30 personnes.  



Les aides

 Les apports financiers proviennent des entrées et des abonnements, ainsi que d'une subvention de la Ville de Genève (subvention obtenue conjointement avec le Théâtre de l'Usine ainsi que l'espace d'art contemporain Forde en 1992 et renouvelée annuellement). La Ville de Genève met gracieusement à disposition les locaux.

Nous bénéficions de temps en temps de subventions extraordinaires qui nous permettent de réaliser des programmations plus ambitieuses (3D, commande de films à des cinéastes...)  



La salle de cinéma

 Nous avons mis un accent particulier sur la conception de la salle de cinéma: mélange de types de sièges (sièges de cinéma, fauteuils, canapés et chaises autour d'une table) pour proposer un choix de confort élargi; ventilation et chauffage pour bannir le froid et l'air stagnant; bar dans la salle pour pouvoir se désaltérer avant la projection et discuter du film après la séance; espace modulable pour pouvoir accueillir lectures, concerts, performances et autres idées de programmation (premières, cycles)...
La cabine de projection dispose de tout un arsenal de possibilités de standards de projection (voir fiche technique). La qualité de projection a été améliorée avec un système sonore plus performant et un nouvel écran moderne.
 



Fiche technique de la salle

> Capacité :
70 places (jusqu'à 90).

> Formats de projection :

Super-8 sonore
(lumière Xenon), vitesses variables.
16 mm. sur pied (24 et 25 im/sec, son magnétique et optique, double bande, lumière Xenon)
16 mm. portable (18 et 24 im/sec, lumière xenon)
35 mm. sur pied (Fenêtres: du muet au Scope, possibilité de projeter à 20 i/s pour les films muets, lumière Xenon)
35 mm. portable (Fenêtres: du muet au Scope, diverses optiques et lumière halogène 1000 W) vidéo (LCD), Beta et SVHS (format 4/3 et 16/9)

> Écran :
240 / 595 cm, style moderne.
Ecran transportable de 300 / 560 cm

> Son :
Processeur Dolby digital surround,
 
   
 

Spoutnik, novembre 2002





Contact

Cinéma Spoutnik
entrée : 11, rue de la Coulouvrenière
Genève

Tél. 022 328 09 26
spoutnik@usine.ch  

http://www.spoutnik.info