page éditée le 16/09/02
dernière mise à jour : le 17/01/03

> principales structures francophones-----> autres structures francophones-----> structures non francophones

accueil---recherche---cinéastes---films---textes---entretiens---festivals---pratique---annuaire ---liens---go

cineastes.net

 

Super 8 Reversal Lab/ Pays-Bas, Gravenhage
— labo artisanal et professionnel —

français
english
contact





Brève histoire personelle dans le monde du super8…

J'ai commencé le traitement du Super 8 en 1992. Je voulais juste essayer quelque chose de plus que la vidéo. J'étais alors à l'École des Beaux-Arts AKI. Personne n'était capable de m'expliquer le développement Super 8, j'ai appris seul à partir d'un livre. C'était amusant.

En 1993 j'ai rencontré Karel Doing du Studio 1 d'Arnhem. Ce fut formidable de quelqu'un qui pouvait m'aider dans les problèmes que je rencontrais. J'ai alors en 1993, participé à un workshop dans la ville de Leuven en Belgique, organisé par Karel Doing, MTK [Chris Auger et Xavier Quérel], Jürgen Reble et Joost Rekveld. Après ce workshop mon amour pour le Super 8 fut gigantesque. J'ai appris tellement de choses, que j'ai décidé de continuer en Super 8 et de laisser tout le reste de côté.

Depuis 1995 et jusqu'à 1998 (1997 peut-être) j'ai aidé Karel au Studio 1 à rotterdam. Je traitais les films d'autres artistes et réalisais mes propre gonflage de Super 8 en 16 mm. Avec Francien van Everdingen j'ai donné des workshops aux Beaux-Arts pour Studio 1. J'ai ainsi crée une deuxième chambre noire à Studio 1. Après cette période j'étais capable d'utiliser toutes les machines de Studio 1. Ce n'était pas un travail rémunéré, on s'aidait les uns les autres.

En 1996, j'eu l'idée d'exporter le traitement de films ailleurs qu'à Studio 1. Il y avait trop de travail à Studio 1, et j'ai décidé en accord avec Studio 1 de lancer ma propre "compagnie". Les gens donnaient leur travail à Studio 1, qui me le donnait ensuite. Ainsi mon démarrage officiel en tant que laboratoire, fut donc le 1er janvier 1996. (Oui le laboratoire existe depuis déjà 6 ans…). J'ai arrêté le "free lance" pour Studio 1 courant 1998.

En janvier/mars 2000 Studio 1 changea profondément. Le Studio ne pouvait plus fonctionner ainsi, il fallait changer quelque chose. Je ne pouvais plus m'impliquer suffisamment dans le Studio car mon laboratoire devenait important. Ils me proposèrent donc de me vendre la truca et tireuse contact Super 8, ce qui fut fait. 0 partir de ce moment, je devint alors totalement indépendant, et je pus m'occuper pleinement du travail que je recevais.

C'est toujours ainsi aujourd'hui…




Au sujet de mon travail.

Je conçoit mon travail en deux parties.

D'abord mon laboratoire. Ce travail se situe selon moi entre expérimental et film publicitaire.

Le laboratoire fait des travaux commerciaux pour pouvoir exister. Il fonctionne pour la télévision hollandaise, clips publicitaires par exemple. C'est pourquoi j'ai une liste de tarifs [il y a une version française sur mon site].

Les clients du laboratoire veulent connaître le coût intégral des services, ainsi ils peuvent en faire la liste. Les tâches sont seulement des travaux de laboratoire, tels que le
développement et le tirage. En outre le laboratoire donne beaucoup de conseils techniques et de trucs aux cinéastes qui emploient le film super8. Le laboratoire ne fait ni montage ni prises de vue.

L'aspect expérimental du laboratoire est le fait que les cinéastes peuvent utiliser mon laboratoire. Ils doivent tout de même payer de petits honoraires. Rien dans la vie n'est gratuit malheureusement. Les cinéastes hollandais n'emploient pas mon laboratoire très souvent. Les vrai cinéastes expérimentaux ont disparu. Je veux dire que plus personne ne veut se mouiller les mains avec des produits chimiques. Expérimenter avec le matériau film, avec les produits chimiques et le tirage n'est plus intéressant. Presque tout le monde a un G4 avec une caméra miniDV. Ainsi mon laboratoire est ouvert aux cinéastes, mais ils viennent très peu. C'est peu un décevant pour moi, mais c'est la réalité. Je peux comprendre pourquoi les cinéastes choisissent d'autres méthodes. J'ai fait aussi des ateliers cinéma dans mon laboratoire pour peu d'argent.
Mais il n'y a pas beaucoup d'activité.

Ensuite ;
Le laboratoire me permet de faire mon travail personnel. J'ai un studio complet analogique et numérique, financé grâce au film publicitaire. Je n'appelle pas mon travail/films/vidéos/photos artistique et je ne me considère pas comme artiste ou cinéaste parce que ces noms n'ont plus de signification en 2002. Quelques résultats peuvent être vus sur ma page perso "franck-pages" [pas très à jour]. Mon plaisir actuellement est de travailler avec du super8, le mind et l'ordinateur ensemble. C'est une très bonne chose. J'ai cessé de projeter mon travail parce que je pense qu'il n'a plus d'intérêt que pour moi. Cela m'a demandé beaucoup de temps, d'énergie et d'argent. La plupart des festivals ont un règlement que je déteste. Je préfère travailler, et rester en contact avec un cercle restreint d'amis, c'est tout. Outre le film je fais beaucoup de photographie. Tout ensemble, cela fonctionne très bien pour le moment.






Short history of myself in the super8 world…

I started processing super8 in 1992. I just wanted to try something different besides video. I was on the AKI artschool that time. Nowbody was able to give me support on developing super8 so i learned from a book. It was just fun.

In 1993 i met Karel Doing from Studio1 in Arnhem. It was great to meet someone who could help me with some difficulties i had. Also in 1993 i participated in a workshop in the city Leuven in Belgium. This workshop was given by Karel Doing, MTK [Chris Auger and Xavier Quérel], Jurgen Reble and Joost Rekveld. After this workshop my love for super8 was gigantic. I learned so many things that i decided to continue with super8 and leave all other things behind.

From 1995 until 1998 [could be 1997] i helped Karel and Studio1 in Rotterdam. I processed films for other artists and made my own super8 to 16mm blow-ups. Together with Francien van Everdingen i gave workshops at artschools for Studio1. I also created a second processing darkroom in Studio1. After this period i was able to handle all the machines Studio1 used. It was not a paid job, it was just helping each other.

Then the idea in 1996 was to get the processing work done somewhere else, outside Studio1. It became too much work for Studio1 and so i decided together with Studio1 to start my own real 'company'. People gave their work to Studio1 that gave the work to me. So my official start as a lab was on the 1st of January 1996. [Yes the lab exist for 6 years now...] I stopped 'freelancing' for Studio1 sometime in 1998.

Then in January/March 2000 Studio1 was changed very heavily. The Studio could not funtion anymore so something had to change. I was not involved in the studio at that point because my Lab was going very good. So they offered me to buy the machines for contactprinting super8 and the blow-up machine.

They knew that i could operate the equipment and would use it as they would do. From that point on i became totally independant and i could manage to stay alive from the work i received.

That's like it is today.....



About my work. (texte en français voir plus haut)

I make a separation in work.

First my Lab. This work lies between experimental and commercial in my opinion.
The Lab does commercial assignments to stay alive. The Lab works for the Dutch television and video clips/commercials for example. This is also why I have the pricelist [there is a French translation on my site].

The Lab's customers want to know what all services cost, so you have to make a list. Assignments are only laboratory works, like processing and printing. Also the Lab gives a lot of technical tips and tricks to filmmakers that use super8 film. The Lab does not make edits or do camera work.

The experimental part of the Lab is the fact that filmmakers can use my Lab, but they have to pay a little fee. Nothing in life is for free unfortunately. Dutch filmmakers do not use my Lab very often. The real experimental filmmakers have gone. I mean that nobody wants to get their hands wet with chemicals. Playing with film material, with chemicals and printers is not interesting anymore. Almost everybody has a Mac G4 with a miniDV camera. So my lab is open for filmmakers, but they come very little. This is a little disappointing for me, but it is reality. I do understand why filmmakers choose a new way. I also give personal workshops in filmmaking in my Lab for little money. But there is not much activity.

Finally;
The Lab makes it possible for me to make personal work. I have a complete analog and digital studio available, paid from the commercial assignments. I do not call my work/films/video's/photo's art and I do not call myself artist or filmmaker because these names have no meaning what so ever in the year 2002. Some results can be seen on my frank-pages [not updated anymore]. My pleasure at this point is to work with super8, miniDv and computers all together. It is a real good thing. I have stopped screening my work because I think it has no use anymore for myself. I cost a lot of time, energy and money. Most film festivals have also to much rules that I hate. I prefer making work and have some close contact with friends, that's all. Besides film I make a lot of photography.
All together it works very well for this moment.


Frank Bruinsma, sept 2002 et janv 2003.


français
english
haut de page



Contact

This is the new postal address for all your films
Super 8 Reversal Lab
p.o.box 6669
3002 AR Rotterdam
Netherlands


You can personally visit the lab [by appointment only] at:
Super8 Reversal Lab NL
Justus van Effenstraat 44 #2
3027 TK Rotterdam
Netherlands
Please remember that this lab does not have regular opening hours like a shop.

tél-fax : 31 (0)70 363 95 41
info@super8.nl

Contact : Frank Bruinsma

http://www.super8.nl/english/e_index.htm - site en anglais et néerlandais