page éditée le 18/07/03
dernière mise à jour : le 09/08/03

> sommaire des textes.................. > sommaire des entretiens

[english]

cineastes.net déménage : retrouvez cette page sur http://www.exprmntl.net
accueil---contact---recherche---structures---cinéastes---films---textes---entretiens---festivals---pratique---agenda---annuaire ---liens---go

cineastes.net

Définition-s



«La question de la définition du cinéma expérimental a retenu nombre d'auteurs et donné lieu à quelques polémiques. … Dans la version des organisateurs du festival [Exprmntl de Knokke-le-Zoute]*, les limites sont volontairement floues : "Par film expérimental, on entend toute œuvre conçue pour le cinéma ou la télévision qui tente de renouveler ou d'élargir l'expression cinématographique."(1) Nicole Brenez dira plus récemment : "Un film expérimental considère le cinéma à partir, non pas de ses usages, mais de ses puissances ; et il s'attache aussi bien à les rappeler, les déployer, les renouveler, qu'à les contredire, les barrer ou les illimiter."(2)
La définition du genre par Dominique Noguez semble épuiser la question (3) : du "cinéma considéré comme art personnel à l'instar de la peinture ou de la poésie", de cet art "plutôt artisanal qu'industriel, non narratif que narratif", Noguez détermine les critères économiques et esthétiques.
Critères économiques : il s'agit d' "un cinéma qui relève du jeu des désirs plus que de l'économie des profits". Au risque de la caricature, on dira que, par contrainte ou par choix, le cinéaste expérimental travaille plutôt de façon artisanale et pauvre, et généralement seul ou avec ses amis. L'expérimental est avant tout la voie de l'indépendance et de la liberté : liberté d'exprimer et d'inventer, de même qu'affranchissement quant à l'obligation de rentabilité. En règle générale, il n'est pas "un cinéma d'attente, un cinéma pour se rôder, se faire la main" (4), un "tremplin" à une carrière classique, mais une voie marginale par rapport au cinéma "commercial" ou "dominant".
Critères esthétiques : dans les films expérimentaux, écrit Noguez, "la forme tend constamment à […] prendre le pas sur le sens". Non pas que le genre soit nécessairement formaliste mais, le plus souvent non narratif, il tend à n'être que lui-même, à ne plus fonctionner comme "le support transparent d'autre chose". Le cinéma expérimental, pourtant largement ouvert aux autres disciplines artistiques, ne serait rien d'autre que le cinéma lui-même. "C'est un cinéma sans normes, ou qui les brouille et repousse toutes". Ses formes innombrables ont en commun le caractère radical […] Mais le fond de l'œuvre peut aussi être directement subversif […] Qu'elle soit formelle ou thématique, ou les deux à la fois, le film expérimental présente donc toujours une transgression.»

Xavier Garcia Bardon
in EXPRMNTL, Festival hors normes, Knokke 1963, 1967, 1974
Revue Belge du Cinéma (RBC) n°43, décembre 2002


(*) note du webmaster
(1) Article 3 du "Règlement de la cinquième compétition internationale du film expérimental", in EXPRMNTL 5. 25.12.1974-2.1.1975, Casino Knokke-Heist, Bruxelles, CRB, 1974, non paginé. En 1963 et 1967, la formulation était un peu différente mais le sens identique.
(2) Nicole Brenez, "L'Atlantide", in Nicole BRENEZ, Christian LEBRAT (dir.), Jeune, dure et pure ! Une histoire du cinéma d'avant-garde et expérimental en France, Paris, Cinémathèque française / Mazzotta, 2001, p 17.
(3) Voir la notice (non signée) dans Jean-Loup PASSEK (dir.), Dictionnaire du Cinéma, Paris, Larousse, nouvelle édition mise à jour, 1998, pp. 266-267. Sauf indication contraire, les citations suivantes en sont extraites.
(4) Dominique Noguez, Une renaissance du cinéma ; le cinéma "underground" américain, Paris Klincksieck, 1985, p 239






D'autres définitions (complémentaires ou contradictoires) pourront venir prochainement compléter cette rubrique.







haut de page
-------------

voir aussi la page termes

voir la page Definitions du site Flicker : http://www.hi-beam.net/fl-defs.html
(en anglais)

voir les textes du site sur le sujet