page éditée le 17/08/02
dernière mise à jour : le 24/09/02

> sommaire des textes.................. > sommaire des entretiens

[english]

cineastes.net déménage : retrouvez cette page sur http://www.exprmntl.net
accueil---contact---recherche---structures---cinéastes---films---textes---entretiens---festivals---pratique---agenda---annuaire ---liens---go

cineastes.net

Expérimental, histoire et patrimoine
— par Raphaël Bassan —


Ce bref bilan a été conçu pour être adressé aux institutionnels susceptibles d’aider les diverses strutures qui aident à la création et à la diffusion du cinéma expérimental.


- Ce qu'on a appelé la première avant-garde cinématographique ou avant-garde historique est née et a été pratiquée dans essentiellement deux pays : l'Allemagne et la France. En Allemagne, il y avait les cinéastes abstraits Walter Ruttmann, Hans Richter et Oscar Fischinger. En France divers courants : les "impressionnistes" Dulac, L'Herbier, Epstein ; les dadaïstes, Man Ray, Picabia ; l'inclassable Fernand Léger ; les surréalistes Buñuel et Dali, et l'incontournable Jean Cocteau dont s'est inspiré tout le mouvement expérimental américain d'après guerre. L'Italie a produit surtout des textes autour du futurisme mais peu de films.

- L'expérimental moderne naît en France dès 1950 avec les films lettristes de Maurice Lemaître (Le Film est déjà commencé) et Isidore Isou (Traité de bave et d'éternité), peu pris en considération à l'époque mais unanimement admirés aujourd'hui, y compris par des pontes du cinéma underground américain comme Jonas Mekas.

- Les premières coopératives de diffusion indépendantes (le Collectif Jeune Cinéma fondé en 1971 et la Paris Film Coop fondée en 1974) influent sur la vie culturelle de l'époque, à tel point qu'un nouveau musée (Beaubourg) consacre un département permanent au cinéma expérimental (dirigé aujourd'hui par Jean-Michel Bouhours). En 2002, toutes les institutions qui programment le film en tant qu'art (la Cinémathèque française, Beaubourg, la Vidéothèque de Paris, l'Auditorium du Louvre, la Galerie du Jeu de Paume) diffusent régulièrement des films expérimentaux. Les trois coopératives historiques (le Collectif Jeune Cinéma, la Paris Film Coop et Light Cone) diffusent et louent des films expérimentaux. En province, de nombreuses structures ont également pris le relais. Deux étudiants italiens, Mirco Santi et Sara D'Agostino, ont respectivement soutenu, en 2001 et 2002, des mémoires sur la Paris Film Coop et le Collectif Jeune Cinéma pour la Facolta di lettere e Filosofia de Bologne.

- Les programmations se multiplient : Cinémathèque, Beaubourg, Collectif Jeune Cinéma (avec son festival annuel des " Cinémas différents "), Scratch, Braquage, sans compter les innombrables projections en province. Tout cela est répertorié dans l’Experimental Diary qu’édite trimestriellement Braquage, sur son site et en version papier.

- Le cinéma expérimental est enseigné à l'Université, à Paris et en province, depuis trente ans : d'abord par les pionniers Dominique Noguez, Claudine Eizykman et Guy Fihman, relayés aujourd'hui par Katerina Thomadaki, Nicole Brenez, Stéphane Marti, Frédérique Devaux, Alain Alcide Sudre (en province), etc.

- La France est le seul pays possédant une société d'édition vidéo entièrement dévolue au cinéma expérimental : Re:voir Vidéo dirigée par Pip Chodorov qui édite les classiques de l'avant-garde et des travaux contemporains.

- La France est le seul pays à avoir une maison d'éditions publiant des livres capitaux sur l'avant-garde : Paris Expérimental animée par Christian Lebrat.

- En France se développe, pour la première fois, le Mouvement des laboratoires qui permet à des artistes de dominer de A à Z le processus de fabrication de leurs films (avec essentiellement MTK, L'Abominable et L'Etna.)

- Nicole Brenez et Christian Lebrat ont accompli depuis quatre ans un travail inédit ailleurs dans le monde : faire le point sur 100 ans de cinéma expérimental national. La France est le seul pays à avoir "historicisé" son cinéma expérimental : c'est une avancée culturelle incontournable formalisée par la manifestation Jeune, dure et pure ! , initiée en mai 2000 à la Cinémathèque française et suivie de la publication d'un livre homonyme.

- On écrit sur le cinéma expérimental depuis des décennies, et sur tous supports : Dominique Noguez, Gérard Courant, Alain Alcide Sudre, Raymond Bellour, Raphaël Bassan, Nicole Brenez... s'en sont chargés, relayés par une nouvelle génération de critiques regroupés autour de la revue Exploding.

- Pour toutes ces raisons, le cinéma expérimental se doit d’être pris en compte par les institutions.


Raphaël Bassan, juillet 2002.
/maj nov 02






 

-----------------------
Autres pages

la page de Raphaël Bassan sur cineastes.net : textes, entretiens…