page éditée le 16/04/03
dernière mise à jour : le 23/04/03
----
> sommaire des textes..................
> sommaire des entretiens

[english]

cineastes.net déménage : retrouvez cette page sur http://www.exprmntl.net
accueil---contact---recherche---structures---cinéastes---films---textes---entretiens---festivals---pratique---agenda---annuaire ---liens---go

cineastes.net

Mémento de Philipe Bordier
Le Monstre de Frankenstein figurant de cinéma
— par Jean-Pierre Bouyxou —

Note : Ce texte est initialement paru dans Frankenstein aux éditions Premier Plan (1969), page 129

MÉMENTO
Court-métrage de philipe bordier
16mm / 8'
1967


Il convient de s’étendre davantage sur le film "underground" français Mémento, court-métrage de Philipe Bordier projeté à Toulouse le 4 mai 1968. Tout d’abord parce que ce film de montage est un des meilleurs produits français du méconnu cinéma souterrain né à New York chez Jonas Mekas, école de liberté, cinoche anti-académique, seule issue peut-être pour les jeunes réalisateurs peu enclins à baisser la culotte devant les phynanciers. Ensuite parce que Philipe Bordier, ami de longue date, écrivain, dessinateur, critique, réalisateur de télévision a signé là sa première œuvre réellement personnelle et qu’il s’avère, avec elle, être un des créateurs les plus importants du nouveau cinéma en notre doulce France. Et, surtout, parce que Mémento donne au monstre de Frankenstein l’importance qu’il mérite. Dans cette acerbe parodie d’entracte de cinéma (tout y est : musique de début, actualités, publicité, musique de fin), le réalisateur a crié sa haine contre "un certain nombre de saletés sociales officiellement reconnues et recommandées" comme disait Artaud. Pour cela, il a opposé aux trognes du général Westmoreland, des G.I., d’André Maurois, à la musique de Rouget de Lisle ceux qui lui ont paru, à juste titre, faire barrage au fascisme conscient ou non. Parmi ceux-là, parmi Julian Beck, les Pieds Nickelés, Georges Le Gloupier, le Che, Albert Ayler et les enfants nords-vietnamiens, figure le Monstre de Frankenstein, sous la forme d’une statuette Aurora de Karloff filmée sous divers angles. Frankenstein chantre de la liberté : l’affaire est d’importance.


Jean-Pierre Bouyxou, 1969.






haut de page
-------------

Autres pages

La page de Jean-Pierre Bouyxou sur cineastes.net

La page de Philipe Bordier sur cineastes.net