page éditée le 04/03/03
dernière mise à jour : le 04/03/03
----
> sommaire des textes..................
> sommaire des entretiens

[english]

cineastes.net déménage : retrouvez cette page sur http://www.exprmntl.net
accueil---contact---recherche---structures---cinéastes---films---textes---entretiens---festivals---pratique---agenda---annuaire ---liens---go

cineastes.net

"Antinoos" de Dionysos Andronis
— par Aryan Kaganof (Ian Kerkhof) —


J’ai arrêté de regarder la télé en 1986. Elle était très moche. J’ai arrêté de regarder des films en 1999.Ils étaient trop rapides. J’habite dans une petite cabane en province. Je passe souvent les sonates de Beethoven. Je préfère la 21 en C majeur et la façon dont Ashkenazy la joue, d’une manière sèche, juste les notes, sans faux sentiments. J’ai un magnétoscope que j’utilise seulement pour des raisons professionnelles. Un jour j’ai reçu un film par la poste. Je n’avais pas regardé aucun film depuis longtemps. Il s’appelait "Antinoos " de Dionysos Andronis, cinq minutes à peine. On y voyait une très belle statue d’un homme nu et le mouvement graduel et discret de la caméra en avant mais sans devenir déplaisante. Les éclairages étaient simples et l’image belle. Un hymne au corps masculin, érotique et intellectuel aussi, qui m’a rafraîchit et surpris par sa simplicité dans cette époque digitale inflationniste. Quel beau film! Il m’a fait penser aux films d’opéra que Werner Schroeter avait créé dans les années 70 aussi bien qu’aux films de Kenneth Anger de la fin des années 50, aux meilleurs films underground. En bref, ce court métrage est un chef d’œuvre.


Aryan Kaganof (Ian Kerkhof), décembre 2002.
Traduction Dionysos Andronis, mars 2003.



haut de page
-------------

Autres pages

La page d'Aryan KAGANOF (Ian KERKHOF) sur cineastes.net

La page de Dionysos ANDRONIS sur cineastes.net