page éditée le 21/04/03
dernière mise à jour : le 27/04/03
----
> sommaire des textes.................. > sommaire des entretiens

[english]

accueil---recherche---structures---cinéastes---films---entretiens---festivals---pratique---adresses ---liens

cineastes.net

La Fin des Pyrénées,
de Jean-Pierre Lajournade

— par Gaël Lépingle

Texte paru dans "Hors Champ" (quotidien des États généraux du film documentaire de Lussas) le samedi 22 août 1998 à propos du film "La Fin des Pyrénées" de Jean-Pierre Lajournade.

*


Flash-back. Un objet filmique non identifié a éclairé lundi soir la nuit lussassienne. Stupéfaction. Des rires ont fusé, des ricanements, la salle s'est peu à peu
vidée, et le mot fin s'est inscrit devant une poignée de spectateurs éberlués. Le fautif : un film de 1971, "La Fin des Pyrénées", de Jean-Pierre Lajournade. En cette fin des États généraux, s'il reste quelques films dont on gardera le souvenir, celui-là, quoiqu'on en dise, en fera certainement partie. Et il n'est pas trop tard pour se demander à quoi ressemblait cet étrange objet, amalgame de Selznick et de Mocky, fureur hollywoodienne et blague anarchiste conjuguées, parfois pour le pire et souvent pour le meilleur.
Jean-Pierre Lajournade, dont c'est le dernier film, transgresse allègrement tous les interdits du bon goût, du cinéma conformiste et confortable, en un mot du cinéma bourgeois - c'est à prendre au premier degré. L'utilisation romantique de l'écran large et des grands espaces est constamment désamorcée par une féroce potacherie soixante-huitarde : les personnages s'adressent à la caméra pour hurler des slogans manichéens démodés, et leur révolte prend les allures d'un abracadabrant programme de clichés (famille, police, travail, syndicats, société, tous pourris !). Les fondements même de la fiction occidentale - entendez là dégénérée - sont malmenés : le père de Thomas se suicide, Thomas est accusé, et vlan ! bonjour Oedipe, d'autant que la langoureuse maman en pince sérieusement pour son fiston. Mais Oedipe c'est trop peu : le calvaire de Thomas est aussi christique ! - la grotte dans laquelle il se réfugie avec sa belle rappelle fortement celle de la nativité...
C'est apparemment n'importe quoi et pourtant... La Fin des Pyrénées est un mélo enflammé qui a pris note de la fin du genre, et toutes ces provocations ne sont qu'une façon d'exhiber le faux, la monstruosité d'un genre masochiste par excellence, réactionnaire par tradition et malgré tout cher au coeur des poètes. Lajournade dénonce la théâtralité de son dispositif, mais cette grandiose rébellion est celle-là même de son héros. La beauté du film tient à cette déchirure simple : on ne peut plus croire à la fiction -cinématographique et sociale-, mais pour le dire, il faut malgré tout raconter une histoire -une fiction. On oscille sans cesse sur la frontière intenable du rituel (le dispositif indépassable de la mise en scène) et du profane (les saillies grotesques). C'est parfois ridicule et parfois totalement sublime - ce qui est loin d'être contradictoire, comme chacun sait. Le film a la naïveté brusque des fous et des enfants, des rebelles insoumis aux lois de la raison. C'est un film " adolescent ", au plus beau sens du terme : inégal, emporté, traversé de bouffées lyriques et stupides, mais bouleversant de bout en bout. Lundi soir, le ciel de Lussas était plein d'étoiles.


Gaël Lépingle, 1998
/ maj avril 03






haut de page

------------
Autres pages

La page de Jean-Pierre Lajournade sur cineastes.net