page éditée le 09/10/03
dernière mise à jour : le 09/10/03

> sommaire des textes.................. > sommaire des entretiens

[english]

cineastes.net déménage : retrouvez cette page sur http://www.exprmntl.net
accueil---contact---recherche---structures---cinéastes---films---textes---entretiens---festivals---pratique---agenda---annuaire ---liens---go

cineastes.net

Hukkle (Hic)
de György Palfi — 2002 — Hongrie

— par Francis Moury —


Note : Ce texte est initialement paru dans le catalogue de l'édition 2003 de l'Étrange festival.
Le texte à juste été légerement revu et corrigé par l'auteur.

*

 

Un petit village plongé dans la torpeur de l’été. Tout semble tranquille. Chacun vaque à ses occupations : du miel à récolter, du blé à moissonner, des cochons à nourrir… Une bergère garde ses moutons ; des jeunes filles travaillent dans une usine de tissage, des hommes âgés jouent aux boules dans le square municipal… Tout semble en effet normal. Un peu plus loin, un fermier moissonne son blé qui est ensuite transformé en farine puis en pâte elle-même roulée en boulettes qu’une vieille femme prépare pour les servir sur la table familiale. Pourtant derrière ce calme apparent se cache une mystérieuse série de meurtres dont sont victimes, un par un, les hommes du village. Des preuves subtiles mais accablantes nous en seront révélées …

Très étonnant thriller expérimental à mi-chemin, concernant son langage cinématographique, entre Twin Peaks et Microcosmos ! Il mélange les images les plus banales aux effets spéciaux les plus avancés et aux angles de caméra les plus inusités. Son scénario est inspiré par l’histoire véridique des femmes du village de Nagyrev dans la région de Tiszazug (Sud-est de Budapest, vers 1912-1920) qui empoisonnaient leurs époux — et même leurs fils - afin d’hériter plus vite de leurs terres. On décompta jusqu’à 2000 morts résultant des sombres activités de ces "serial veuves ". Hukkle devait n’être à l’origine qu’un court-métrage scolaire de fin d’année montrant un vieil homme au hoquet (Sens du mot hongrois qui donne son titre au film) persistant, assis sur un banc. Palfi, après avoir séjourné dans le village où il envisageait de planter sa caméra, décida d’utiliser le thème du hoquet comme liaison pour une intrigue bien plus ample et insidieuse. Les acteurs sont pour la plupart des non-professionnels. Tandis que Suzanna Fazekas, l’empoisonneuse la plus célèbre de Nagyrev, utilisait du papier tue-mouche en décoction, Palfi a eu l’idée d’employer la tisane de muguet : en dose massive, elle peut effectivement provoquer une arythmie fatale. Le film ne comporte pas de dialogues mais les effets sonores y sont partie prenante de l’action et très intelligemment utilisés pour aboutir à un fantastique " film musical " revendiqué d’ailleurs comme tel par son auteur. Hukkle a obtenu le prix spécial du Jury de Saint-Sébastien (2002), celui de Révélation de l’année aux European Film Awards 2002 de la section Découverte (sous le patronage esthétique de Fassbinder) le grand prix à Hong Kong (2003) et à Santa Fé (2003) et a reçu la mention spéciale du jury au Festival du Film de Paris en 2003. Il a été en outre sélectionné dans plus de 100 autres festivals de par le monde.

György Palfi, né en 1974 en Hongrie, est diplômé de l’Académie Hongroise des Arts Cinématographiques et Dramatiques de Budapest. Dès l’âge de 12 ans il tourne des petits super-8mm. À l’université, il tourne des documentaires puis s’intéresse à la fiction. Il a réalisé plusieurs courts-métrages sélectionnés dans de nombreux festivals : Break & Csekk (1993), The Fish (1997), Knock-Knock (1999), Round and Round (1999). Hukkle [Hic (de crimes en crimes)] est son premier long-métrage. Il avoue être un amateur de thriller, comme son maître spirituel, le philosophe Umberto Ecco.

Hic (de crimes en crimes). Avec . Ferenc Bandi, Jozsefné Racz, Agi Margitai, Jozsef Farkas, Ferenc NagyProd. : Magyar Filmunio, Mokep Hungaro Filmdivision, Csaba Bereczky, Andras Böhm. Scn : György Palfi & Zsofia Ruttkay. Photo : Gergely Poharnok. Mont. : Gabor Marinkas. Mus. : Samu Gryllus & Balazs Barna. Durée : 1h15 format 1.85 couleurs.



Francis Moury, août 2003
©l'Étrange festival





haut de page
-------------

Autres pages

la page de Francis Moury sur cineastes.net